Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Référendum en Italie : un scrutin à risque pour Matteo Renzi

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Présidentielle 2017 : la nouvelle donne.

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

PIB : la richesse se fait tirer le portrait

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

François Fillon est-il le "Thatcher français" ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Pascal Elbé

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le renoncement de François Hollande est-il un aveu d'échec ?

En savoir plus

FOCUS

Autriche : qui est Norbert Hofer, le nouveau visage du parti d'extrême droite ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hommage à Ousmane Sow, l'artiste des ethnies

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dix ans de France 24 : dans les coulisses de la chaîne

En savoir plus

Moyen-Orient

Les tensions entre Bagdad et Damas montent d'un cran

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/08/2009

Regain de tensions entre Bagdad et Damas. Le Premier ministre irakien, Nouri al-Maliki, a affirmé que les terroristes à l'origine des attentats qui ont fait 95 morts, le 19 août, à Bagdad, se sont infiltrés en Irak à partir du sol syrien.

AFP - Bagdad et Damas se sont accusés lundi de travestir la vérité aggravant une crise diplomatique que la Turquie tente de régler grâce à une médiation de son ministre des Affaires étrangères.

Le Premier ministre irakien Nouri al-Maliki a accusé son voisin d'avoir une responsabilité dans les récents attentats suicide de Bagdad, affirmant que "90% des terroristes arabes se sont infiltrés en Irak à partir du sol syrien", lors d'une rencontre avec le chef de la diplomatie turque, Ahmet Davutoglu.

"Nous demandons l'extradition des deux principales personnes recherchées, Mohammed Younes al-Ahmed et Sattam Farhan, pour ce crime, ainsi que d'autres personnes qui font l'objet de mandats d'arrêt" internationaux, a ajouté M. Maliki, cité dans un communiqué de son bureau.

Selon Bagdad, MM. Ahmed et Farhan, deux membres du Baas, parti au pouvoir sous l'ancien président Saddam Hussein et aujourd'hui interdit, ont donné l'ordre, depuis la Syrie, de commettre le double attentat contre deux ministères, le 19 août à Bagdad, qui ont fait 95 morts.

Le président syrien Bachar al-Assad a qualifié lundi les accusations irakiennes d"immorales".

"Lorsque la Syrie est accusée de tuer des Irakiens alors qu'elle accueille 1,2 million de (réfugiés) irakiens, ces accusations sont immorales et à caractère politique", a dit M. Assad à Damas.

Le président syrien a encore jugé que les accusations ne reposaient "sur aucune preuve", et a une nouvelle fois demandé à Bagdad de lui présenter des preuves.

M. Maliki a réclamé de nouveau que la Syrie "expulse les terroristes, les baassistes, et les takfiris (extrémistes sunnites) qui ont fait de la Syrie une base pour mener des opérations criminelles en Irak".

Selon lui, depuis 2004, l'Irak a présenté "des noms, des adresses, des informations, des documents et des preuves des activités terroristes et de groupes takfiris connus", a ajouté M. Maliki, continuant d'appeler à la création d'un tribunal international pour juger les responsables d'attentats.

"L'idée de la formation d'un tribunal pénal international n'est pas dirigée seulement contre la Syrie mais contre tous ceux qui s'ingérent" en Irak, a expliqué le ministre des Affaires étrangères irakien Hoshyar Zebari, lors d'une conférence de presse avec M. Davutoglu.

La semaine dernière, l'Irak a rappelé son ambassadeur à Damas et la Syrie a répliqué quelques heures plus tard en rappelant son représentant à Bagdad.

La Turquie a lancé une médiation entre les deux pays en dépêchant M. Davutoglu à Bagdad puis à Damas.

"Je vais transmettre des informations (sur les attentats) au président syrien et au ministre des Affaires étrangères (syrien) Walid Mouallem", a affirmé M. Davutoglu à Bagdad.

A Damas, M. Davutoglu a dit qu'il poursuivrait ses contacts avec l'Irak après ses consultations avec Damas, selon l'agence officielle Sana.

Il s'est par ailleurs dit "optimiste à la suite des échanges effectués" auprès des deux pays.

De son côté, la France a exhorté Bagdad et Damas à "reprendre au plus vite le cours normal de leur relation", a déclaré lundi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Eric Chevallier.
 

Première publication : 31/08/2009

COMMENTAIRE(S)