Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Il neige en hiver"

En savoir plus

SUR LE NET

Des opérateurs indépendants au secours des campagnes

En savoir plus

SUR LE NET

L'ONU dresse l'inventaire des sites détruits en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

MODE

La mode 2014 marquée par une prise de conscience des créateurs

En savoir plus

SUR LE NET

Les campagnes virales des marques pour Noël

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

Amériques

Huit jeunes, dont trois mineurs, assassinés dans l'État de Sinaloa

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/08/2009

Des hommes armés ont tué huit jeunes, dont deux femmes et trois mineurs, dans l'État de Sinaloa, dans le nord du Mexique. Le motif de la fusillade reste pour l'heure inconnu, mais la région est réputée être un haut lieu du trafic de drogue.

AFP - Un commando armé de fusils d'assaut a assassiné huit jeunes gens dont deux jeunes femmes et trois mineurs, dans le nord du Mexique, a-t-on indiqué dimanche de source officielle.

"Des hommes armés sont arrivés à bord de 4x4, sont descendus de leurs véhicules et ont brusquement ouvert le feu tuant les huit jeunes gens", a dit un porte-parole du procureur de l'Etat de Sinaloa (nord du Mexique). "On ignore les raisons de cette attaque", a-t-il ajouté.

La fusillade a eu lieu samedi peu avant minuit à Novalto dans un quartier où les jeunes ont l'habitude de se réunir.

Un cartel de la drogue dirigé par le célèbre baron de la drogue Joaquin Guzman, alias "El Chapo" (Le Petit), évadé de prison en 2001 et l'un des hommes les plus recherchés par le Mexique et les Etats-Unis, est particulièrement actif dans l'Etat de Sinaloa.

Première publication : 31/08/2009

COMMENTAIRE(S)