Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Vote de confiance : une victoire à l'arrachée pour Manuel Valls ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Une coalition internationale contre les jihadistes

En savoir plus

FOCUS

Référendum en Écosse : le poids des indécis

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Mange tes morts", une plongée dans l’univers des gitans

En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • L’Australie déjoue des meurtres projetés par l’État islamique

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Une volontaire française de MSF contaminée par Ebola au Liberia

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Ebola : l'épidémie pourrait avoir un impact économique "catastrophique"

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • La première tranche de l'impôt sur le revenu bientôt supprimée ?

    En savoir plus

  • Premières élections démocratiques aux îles Fidji depuis 2006

    En savoir plus

Amériques

Quand mourir de faim devient un crime

Texte par Ségolène ALLEMANDOU

Dernière modification : 10/09/2009

"On crève de faim", a lâché un chômeur cubain dans une vidéo diffusée sur YouTube. Devenu célèbre malgré lui, il a écopé de deux ans d'emprisonnement. Au grand dam des défenseurs des droits de l'Homme qui réclament sa libération.

Juan Carlos González Marcos est devenu le symbole de la répression cubaine. Et de la crise alimentaire qui secoue le pays. Inconnu il y a encore quelques semaines, ce chômeur de 48 ans, surnommé Panfilo, s’est fait connaître par une vidéo vue plus de 400 000 fois sur YouTube.

 

 

Lors d'une reportage sur le Hip Hop, Panfilo s'est immiscé dans le champ de la caméra pour dénoncer le manque de nourriture sur l’île. "On a besoin de bouffe […] On crève de faim", martèle-t-il, passablement éméché.

 

Dans ce témoignage, Panfilo raconte le difficile quotidien des Cubains et accuse, au passage, le régime en place de ne pas être capable de nourrir son peuple.

 

Ce message à charge n’a pas échappé au gouvernement cubain, et les sanctions n’ont pas tardé à tomber. Panfilo est détenu dans la prison de haute sécurité de Valle Grande à La Havane, la capitale cubaine. Le 12 août, après deux jours de procès, il a été condamné à deux ans de prison. Son crime : être un "danger pour la société".

 

Depuis, la Commission cubaine des droits de l’Homme et de la réconciliation nationale a lancé une campagne de sensibilisation en vue d’obtenir la libération de Panfilo. Le message de cette organisation indépendante basée à Cuba : "Dire qu'on a faim ne constitue pas un crime". En quelques semaines, la campagne Jama y libertad (Bouffe et liberté) a pris une véritable ampleur dans le monde entier.

 

Frappée par un embargo depuis 1962 et trois violents ouragans successifs en 2008, Cuba doit faire face à sa plus grave crise économique depuis la chute du régime soviétique en 1991.

 

Alors que l’île est dotée d’un des sols les plus fertiles de la région, ses habitants doivent se serrer la ceinture. La Havane peine à importer à hauteur de ses besoins en raison d'un manque de liquidités. Conséquence : les rayons des magasins, déjà peu fournis, sont de moins en moins approvisionnés.

  

Depuis juin, les Cubains sont également soumis à des mesures d’économie drastiques. Le carburant et l'électricité sont rationnés dans les entreprises d'Etat. Les climatiseurs sont coupés, des entreprises suspendent leurs activités, des fonctionnaires réduisent leur temps de travail… Et les bœufs remplacent les tracteurs dans les champs agricoles.

 

L’absence de matières première ne sont pas sans effet sur le quotidien des Cubains, qui doivent apprendre à faire face aux pénuries de yaourts et de papier toilettes.

 

Pour remédier à cette dépendance alimentaire, le chef de l’État, Raul Castro, mise sur l'augmentation de la production agricole, à savoir la répartition des terres en friche aux petits producteurs. Pour l'heure, seuls 39 % de terres en friche appartenant à l’Etat (1,5 million d’hectares) ont été octroyés.

Première publication : 31/08/2009

COMMENTAIRE(S)