Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

Rythme des réformes : Emmanuel Macron ne veut pas ralentir

En savoir plus

FOCUS

"La rue, c’est la jungle" : quels dispositifs pour les sans-abri ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Manu Payet, paré pour les César

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'antisèche de Trump pour être sympathique devant les survivants d'une fusillade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Air France : le tour de chauffe des syndicats

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La France craint un "cataclysme" en Syrie

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Loi asile et immigration : Gérard Collomb essuie la critique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Inquiétante disparition de jeunes filles au Nigeria

En savoir plus

LE DÉBAT

Loi asile et immigration : un dossier explosif ? (Partie 2)

En savoir plus

FRANCE

L'ex-trader Jérôme Kerviel renvoyé en correctionnelle

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/08/2009

Jérôme Kerviel, l'ancien trader de la Société générale qui aurait fait perdre 4,9 milliards d'euros à la banque, est renvoyé devant le tribunal correctionnel notamment pour "abus de confiance, faux et usage de faux".

AFP - L'ancien trader Jérôme Kerviel, accusé par la Société Générale d'être à l'origine d'une perte de 4,9 milliards d'euros, a été renvoyé lundi devant le tribunal correctionnel de Paris, notamment pour abus de confiance, a-t-on appris de sources proches du dossier.
  
Les juges Renaud van Ruymbeke et Françoise Desset ont suivi les réquisitions du parquet et décidé que l'homme de 32 ans devait être jugé pour "abus de confiance, faux et usage de faux et introduction frauduleuse de données dans un système de traitement automatisé", selon ces sources, confirmant une information du site internet du Figaro.
  
 Il encourt cinq ans de prison et 375.000 euros d'amende.
  
 Son assistant Thomas Mougard, qui était poursuivi pour "complicité d'introduction frauduleuse de données dans un système de traitement automatisé" a, en revanche, bénéficié d'un non-lieu.
  
La justice reproche à l'ancien trader d'avoir pris des positions hors normes sur les marchés financiers allant jusqu'à 50 milliards d'euros, outrepassant le mandat confié par la Société Générale, et d'avoir dissimulé ses actions notamment par des ordres fictifs.

Première publication : 31/08/2009

COMMENTAIRE(S)