Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : une réunion pour trouver une issue à la crise du lait

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Rio : l'heure du bilan

En savoir plus

LE DÉBAT

États-Unis - Turquie : faux ennemis, vrais amis ? (partie 1)

En savoir plus

LE DÉBAT

États-Unis - Turquie : faux ennemis, vrais amis ? (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En une seconde, tout s'est écroulé"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le burkini est une provocation"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Attentat de Gaziantep : la communauté kurde de Turquie à nouveau meurtrie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Agents presque secrets" : gros bras, petits effets

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : le rêve d’Europe des jeunes footballeurs ivoiriens

En savoir plus

FRANCE

L'ex-trader Jérôme Kerviel renvoyé en correctionnelle

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/08/2009

Jérôme Kerviel, l'ancien trader de la Société générale qui aurait fait perdre 4,9 milliards d'euros à la banque, est renvoyé devant le tribunal correctionnel notamment pour "abus de confiance, faux et usage de faux".

AFP - L'ancien trader Jérôme Kerviel, accusé par la Société Générale d'être à l'origine d'une perte de 4,9 milliards d'euros, a été renvoyé lundi devant le tribunal correctionnel de Paris, notamment pour abus de confiance, a-t-on appris de sources proches du dossier.
  
Les juges Renaud van Ruymbeke et Françoise Desset ont suivi les réquisitions du parquet et décidé que l'homme de 32 ans devait être jugé pour "abus de confiance, faux et usage de faux et introduction frauduleuse de données dans un système de traitement automatisé", selon ces sources, confirmant une information du site internet du Figaro.
  
 Il encourt cinq ans de prison et 375.000 euros d'amende.
  
 Son assistant Thomas Mougard, qui était poursuivi pour "complicité d'introduction frauduleuse de données dans un système de traitement automatisé" a, en revanche, bénéficié d'un non-lieu.
  
La justice reproche à l'ancien trader d'avoir pris des positions hors normes sur les marchés financiers allant jusqu'à 50 milliards d'euros, outrepassant le mandat confié par la Société Générale, et d'avoir dissimulé ses actions notamment par des ordres fictifs.

Première publication : 31/08/2009

COMMENTAIRE(S)