Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Assistants parlementaires au FN : Marine Le Pen snobe la police

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun : Des milliers de déplacés, fuyant Boko Haram, menacés par la famine

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Lutte contre le groupe État islamique : où en sont les offensives contre les djihadistes ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

France – Présidentielle 2017 : alliances, retraits et tentatives d’union de la semaine

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des arts de Virginie Lemoine

En savoir plus

#ActuElles

L'humour a-t-il un sexe ?

En savoir plus

TECH 24

"Bring back our Internet" : le hashtag de ralliement des Camerounais

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Grèce : une crise sans fin ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

France insoumise : le coût du programme de Jean-Luc Mélenchon

En savoir plus

FRANCE

L'ex-trader Jérôme Kerviel renvoyé en correctionnelle

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/08/2009

Jérôme Kerviel, l'ancien trader de la Société générale qui aurait fait perdre 4,9 milliards d'euros à la banque, est renvoyé devant le tribunal correctionnel notamment pour "abus de confiance, faux et usage de faux".

AFP - L'ancien trader Jérôme Kerviel, accusé par la Société Générale d'être à l'origine d'une perte de 4,9 milliards d'euros, a été renvoyé lundi devant le tribunal correctionnel de Paris, notamment pour abus de confiance, a-t-on appris de sources proches du dossier.
  
Les juges Renaud van Ruymbeke et Françoise Desset ont suivi les réquisitions du parquet et décidé que l'homme de 32 ans devait être jugé pour "abus de confiance, faux et usage de faux et introduction frauduleuse de données dans un système de traitement automatisé", selon ces sources, confirmant une information du site internet du Figaro.
  
 Il encourt cinq ans de prison et 375.000 euros d'amende.
  
 Son assistant Thomas Mougard, qui était poursuivi pour "complicité d'introduction frauduleuse de données dans un système de traitement automatisé" a, en revanche, bénéficié d'un non-lieu.
  
La justice reproche à l'ancien trader d'avoir pris des positions hors normes sur les marchés financiers allant jusqu'à 50 milliards d'euros, outrepassant le mandat confié par la Société Générale, et d'avoir dissimulé ses actions notamment par des ordres fictifs.

Première publication : 31/08/2009

COMMENTAIRE(S)