Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le Père Noël habite en Chine"

En savoir plus

FRANCE

L'ex-trader Jérôme Kerviel renvoyé en correctionnelle

Texte par Dépêche

Dernière modification : 31/08/2009

Jérôme Kerviel, l'ancien trader de la Société générale qui aurait fait perdre 4,9 milliards d'euros à la banque, est renvoyé devant le tribunal correctionnel notamment pour "abus de confiance, faux et usage de faux".

AFP - L'ancien trader Jérôme Kerviel, accusé par la Société Générale d'être à l'origine d'une perte de 4,9 milliards d'euros, a été renvoyé lundi devant le tribunal correctionnel de Paris, notamment pour abus de confiance, a-t-on appris de sources proches du dossier.
  
Les juges Renaud van Ruymbeke et Françoise Desset ont suivi les réquisitions du parquet et décidé que l'homme de 32 ans devait être jugé pour "abus de confiance, faux et usage de faux et introduction frauduleuse de données dans un système de traitement automatisé", selon ces sources, confirmant une information du site internet du Figaro.
  
 Il encourt cinq ans de prison et 375.000 euros d'amende.
  
 Son assistant Thomas Mougard, qui était poursuivi pour "complicité d'introduction frauduleuse de données dans un système de traitement automatisé" a, en revanche, bénéficié d'un non-lieu.
  
La justice reproche à l'ancien trader d'avoir pris des positions hors normes sur les marchés financiers allant jusqu'à 50 milliards d'euros, outrepassant le mandat confié par la Société Générale, et d'avoir dissimulé ses actions notamment par des ordres fictifs.

Première publication : 31/08/2009

COMMENTAIRE(S)