Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

Amériques

La justice réclame l'arrestation de 129 agents du régime Pinochet

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/09/2009

Quelque 129 ex-membres de la police secrète du régime d'Augusto Pinochet sont sous le coup d'un mandat d'arrêt émis par le juge Victor Montiglio. Ces agents sont accusés de violations des droits de l'Homme dans les années 1970.

AFP - La justice chilienne a ordonné mardi l'arrestation d'au moins 129 anciens militaires et policiers pour co-responsabilité dans des violations des droits de l'Homme sous la dictature militaire dans les années 1970, a-t-on appris mardi de source judiciaire.
  
Le juge Victor Montiglio a délivré des mandats d'arrêt contre des ex-agents de la DINA (Direction nationale du renseignement), police secrète redoutée du régime militaire d'Augusto Pinochet (1973-90) et considérée comme responsable de la majeure partie des 3.000 morts et disparus de la période.
  
Les mandats d'arrêt, auxquels une source judiciaire de l'AFP a eu accès, portent sur différents dossiers dont l'"Opération Condor", un plan concerté des dictatures sud-américaines pour éliminer leurs opposants dans les années 1970, et l'"Opération Colombo", au cours de laquelle 119 opposants chiliens furent assassinés en 1975.
  
Ils concernent également la disparition de dix opposants communistes en 1976.
  
Les mandats, qui font suite à une opération similaire l'an passé contre une centaine d'autres ex-agents du régime militaire, concernent des anciens sous-officiers, des membres de l'armée et de la Marine ou des retraités de la police, tous accusés en qualité de co-auteurs et qui n'avaient pas eu affaire à la justice depuis la fin de la dictature.

Première publication : 01/09/2009

COMMENTAIRE(S)