Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Les "étudiants attardés" du PS"

En savoir plus

DÉBAT

France - migrants illégaux : l'impasse calaisienne

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak : à quel prix ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Entretien exclusif avec José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic in the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Total, premier groupe pétrolier en Afrique, a perdu son PDG Christophe de Margerie

En savoir plus

FACE À FACE

Martine Aubry, la gauche et ses frondeurs

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

Amériques

La justice réclame l'arrestation de 129 agents du régime Pinochet

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/09/2009

Quelque 129 ex-membres de la police secrète du régime d'Augusto Pinochet sont sous le coup d'un mandat d'arrêt émis par le juge Victor Montiglio. Ces agents sont accusés de violations des droits de l'Homme dans les années 1970.

AFP - La justice chilienne a ordonné mardi l'arrestation d'au moins 129 anciens militaires et policiers pour co-responsabilité dans des violations des droits de l'Homme sous la dictature militaire dans les années 1970, a-t-on appris mardi de source judiciaire.
  
Le juge Victor Montiglio a délivré des mandats d'arrêt contre des ex-agents de la DINA (Direction nationale du renseignement), police secrète redoutée du régime militaire d'Augusto Pinochet (1973-90) et considérée comme responsable de la majeure partie des 3.000 morts et disparus de la période.
  
Les mandats d'arrêt, auxquels une source judiciaire de l'AFP a eu accès, portent sur différents dossiers dont l'"Opération Condor", un plan concerté des dictatures sud-américaines pour éliminer leurs opposants dans les années 1970, et l'"Opération Colombo", au cours de laquelle 119 opposants chiliens furent assassinés en 1975.
  
Ils concernent également la disparition de dix opposants communistes en 1976.
  
Les mandats, qui font suite à une opération similaire l'an passé contre une centaine d'autres ex-agents du régime militaire, concernent des anciens sous-officiers, des membres de l'armée et de la Marine ou des retraités de la police, tous accusés en qualité de co-auteurs et qui n'avaient pas eu affaire à la justice depuis la fin de la dictature.

Première publication : 01/09/2009

COMMENTAIRE(S)