Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama à Hiroshima : un hommage mais pas d’excuses

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Accord de la zone Euro : nouveau plan de sauvetage pour la Grèce

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Barack Obama à Hiroshima : l'appel pour un monde sans armes nucléaires

En savoir plus

REPORTERS

Ukraine : à la recherche des disparus du Donbass

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Euro-2016 : la France chausse les crampons

En savoir plus

BILLET RETOUR

Vidéo : en Turquie, que reste-il de la révolte de Gezi ?

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Issad Rebrab : "Ma seule ambition, le développement économique de l'Algérie"

En savoir plus

FOCUS

Espagne : des salariés dénoncent leurs conditions de travail dans les abattoirs catalans

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les réfugiés dans l'œil de la photographe Anne A-R

En savoir plus

SCIENCES

"Dès octobre, il y aura une dizaine de Windows Phones en France"

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 01/09/2009

Nicolas Petit, directeur de la division mobilité de Microsoft, confirme pour FRANCE 24 la disponibilité, dès octobre, des premiers Windows Phones en France. Et explique la stratégie du géant de Redmond dans la téléphonie.

FRANCE 24 - Vous venez d’annoncer la sortie des Windows Phones en octobre, est-ce à dire que Microsoft va construire ses propres téléphones ?
 

Nicolas Petit - Non, cela fait 30 ans que Microsoft se concentre sur des logiciels et nous ne pensons pas que le consommateur veuille un type spécifique de Smartphone, contrairement à certains concurrents. En revanche, avec Windows Phones, nous allons offrir quelque chose de plus qu’un simple système d’opération Windows mobile [le cœur de la machine, ndlr] : les terminaux qui seront équipés de Windows mobile 6.5 auront à leur disposition toute une galaxie de services, comme un nouveau navigateur Internet, un système de synchronisation amélioré avec les ordinateurs et accès au "marketplace" [boutique virtuelle d'applications, ndlr].
 

 

F24 - Ce "marketplace", c’est un peu la réponse de Microsoft au succès de l’App Store pour l’iPhone, mais n’avez-vous pas l’impression d’arriver un peu tard, d'autant que d’autres constructeurs, comme Nokia ou Rim, ont déjà lancé le leur ?

 

N. P. - Il faut reconnaître qu’Apple a démocratisé le téléchargement d’applications sur Smartphone. Pour autant, je ne crois pas que nous arrivions en retard. Dès son lancement, notre "marketplace" disposera de 20 000 applications, ce qui montre sa force de frappe [App Store en comptait 65 000 deux ans après son lancement, ndlr]. Ce sera d’ailleurs notre avantage par rapport à certains concurrents : un déploiement rapide, mondiale et sur des téléphones très différents.

 

 

F24 - Aux Etats-Unis, Apple a dû s’expliquer sur son refus de vendre l'application Google Voice. Pourrons-nous la trouver sur votre "marketplace" ?

 

N. P. - Google Voice propose de contourner un opérateur, car c’est de la téléphonie par Internet. Or, la charte du "marketplace" l’interdit, donc elle ne sera pas présente.

 

 

F24 - Le 6 octobre, jour du lancement des Windows Phones, combien de modèles compatibles seront proposés, notamment en France ?

 

N. P. - Sans dévoiler les plans des fabricants de téléphones avec qui nous sommes partenaires, je peux vous dire que sur le premier mois de lancement il devrait y avoir une dizaine de Windows Phones en France.

Première publication : 01/09/2009

COMMENTAIRE(S)