Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

6 policiers poursuivis pour homicide involontaire: les habitants de Baltimore exultent

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : A la rencontre de l'homme qui a recueilli les témoignages

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Viols présumés en Centrafrique : des zones d'ombre dans l'affaire

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Séisme au Népal : l'aide humanitaire internationale pressée par le temps

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centrafrique : des soldats français soupçonnés de viols sur des enfants

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Viols présumés en Centrafrique : une enquête s'est ouverte à Bangui

En savoir plus

FOCUS

Liban : la prison de Roumieh, un fief pour les jihadistes de l'EI

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

"En France, les PME ont du mal à grandir"

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Le pain, une tradition française

En savoir plus

Asie - pacifique

Téhéran se dit prêt à revenir à la table des négociations

Vidéo par Jonathan WALSH

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/09/2009

En réponse aux Occidentaux qui ont donné à l'Iran jusqu'à la fin du mois de septembre pour geler ses activités d'enrichissement d'uranium, Téhéran dit avoir de nouvelles propositions à leur faire concernant son programme nucléaire.

AFP - L'Iran a préparé de nouvelles propositions et espère un nouveau round de négociations nucléaires avec les grandes puissances pour "réaliser la justice, le progrès et la paix" dans le monde, a déclaré mardi le chef des négociateurs iraniens.
   
"Le plan de la République islamique a été préparé. Il est prêt et sera remis (aux pays du groupe 5+1, ndlr). Nous espérons un nouveau round de négociations pour réaliser la justice, le progrès et la paix sur le plan international", a déclaré sans plus de précisions Saïd Jalili, au cours d'une conférence de presse.
   
Les responsables iraniens affirmaient depuis avril qu'ils allaient préparer leurs propres propositions pour des négociations nucléaires avec les grandes puissances, après une nouvelle offre de négociations en avril du groupe 5+1 (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne, Allemagne).
   
Les puissances du groupe 5+1 avaient demandé à l'Iran de donner sa réponse à leur nouvelle offre avant fin septembre.
   
L'Iran avait fait en mai 2008 une première proposition "pour régler des problèmes de sécurité, politiques et économiques internationaux", a déclaré M. Jalili.
   
Il a ajouté qu'après le scrutin de juin et la réélection du président Mahmoud Ahmadinejad, pourtant contestée par l'opposition, l'Iran disposait d'une "puissance suffisante" et d'un soutien populaire "fort" pour présenter sa nouvelle offre.
   
La France a appelé de nouveau lundi l'Iran à choisir la coopération et non l'isolement sur son programme nucléaire controversé, soulignant qu'à défaut ce pays s'exposerait à "un renforcement substantiel des sanctions".
   
Les directeurs politiques des ministères des Affaires étrangères des six pays du groupe 5+1 se retrouvent mercredi en Allemagne, "pour préparer les prochaines échéances du mois de septembre, qui auront lieu à New York en marge de l'Assemblée générale des Nations unies", a déclaré le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Eric Chevallier.
   
L'Iran est soupçonné de mener un programme nucléaire à des fins militaires, ce que Téhéran nie en insistant sur ses droits à développer un programme nucléaire pacifique à des fins énergétiques.
   
Dans son rapport rendu public vendredi, qualifié de "positif" par Téhéran, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) indique que l'Iran a ralenti sa production d'uranium faiblement enrichi et permis aux inspecteurs de l'ONU d'accéder au réacteur de recherche d'Arak.
   
Pour sa part, le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a déclaré mardi que le problème du programme nucléaire iranien ne pourrait être résolu que par des processus politiques et diplomatiques.
   
"Le meilleur moyen (...) consiste non pas à isoler Téhéran ou à le menacer d'un recours à la force, mais à l'impliquer dans une importante coopération internationale", a-t-il affirmé.
 

Première publication : 01/09/2009

COMMENTAIRE(S)