Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

L'Italie entre dans une zone d'incertitude

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'échec de Renzi: avoir sous-estimé la brutalité sociale de sa politique"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La "castritude" selon Ségolène Royal"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Pierre Conesa : "L’Arabie saoudite a une diplomatie à deux facettes"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

"La Turquie ne peut pas se passer de l'Europe"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : les populistes s'enracinent

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Brexit : bras de fer entre le gouvernement et la Haute Cour

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Présidentielle-2017 : Macron fait cavalier seul

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : le président sortant Yahya Jammeh reconnaît sa défaite

En savoir plus

Asie - pacifique

Le Parlement doit se prononcer sur le nouveau gouvernement

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/09/2009

L'examen, au Parlement, des candidatures des 21 ministres proposés par le président Ahmadinejad pour constituer son gouvernement pourrait s'achever, ce mercredi. Les députés doivent ensuite accorder leur confiance à la nouvelle équipe.

AFP - Le parlement iranien examinait mercredi, pour la quatrième journée consécutive, la liste des ministres proposés par le président Mahmoud Ahmadinejad pour former son nouveau cabinet.

Les débats, retransmis en direct par la télévision d'Etat, ont commencé dimanche pour examiner les cas des 21 ministres pressentis. Si le parlement termine l'examen des candidatures mercredi, il pourrait procéder au vote de confiance dans la soirée.

Selon la loi, les députés doivent voter la confiance pour chacun des ministres proposés.

Les députés ont examiné lundi et mardi les cas de 13 ministres et doivent se pencher mercredi sur ceux des huit autres, en particulier les candidats proposés pour les postes sensibles de l'Intérieur et du Pétrole, mais aussi pour le ministère des Sciences, de la Recherche et des Technologies chargé des universités.

Des députés conservateurs ont critiqué ces derniers jours certains choix du président.

Le président iranien, dont l'élection est toujours contestée par l'opposition, a nommé pour la première fois des femmes au sein de son gouvernement, une première depuis la révolution islamique de 1979.

Il est difficile de prédire si tous les ministres pressentis obtiendront la confiance. Selon le député Hamid Reza Rassaie, très proche du président, deux députés pourraient ne pas obtenir la confiance mais tous les autres passeront l'examen.

Première publication : 02/09/2009

COMMENTAIRE(S)