Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

VOUS ÊTES ICI

Le cognac, la liqueur des dieux

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Jihadi John", le bourreau britannique de l'EI, démasqué

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Aux origines de Boko Haram

En savoir plus

DÉBAT

Syrie : Assad est-il de nouveau "fréquentable" ?

En savoir plus

DÉBAT

Climat : l'ambition française est-elle à la hauteur des défis ?

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le film "Timbuktu" sera-t-il déprogrammé du Fespaco ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bachar al-Assad, "boucher" ou interlocuteur incontournable ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les États-Unis consacrent la neutralité du Net

En savoir plus

POLITIQUE

"Le monde rural est le reflet de nos échecs politiques"

En savoir plus

Asie - pacifique

L'Occident s'engage à rester aux côtés du peuple afghan

Vidéo par Christophe ROBEET

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/09/2009

Les représentants des pays et organisations engagés en Afghanistan se sont réunis à Paris pour redéfinir les contours de leur action dans le pays. L'Otan a promis de rester "aux côtés des Afghans", quelque soit l'issue de la présidentielle.

AFP - Le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, a assuré mercredi que l'Alliance atlantique resterait engagée aux côtés du peuple afghan quel que soit le président qui émergera des élections du 20 août, sur lesquelles pèsent des soupçons de fraudes.
   
"Il ne faut pas perdre de vue le contexte de ces élections. Quoi qu'il arrive, et j'espère que le résultat final sera crédible, nous devons nous souvenir que nous n'avons pas déployé 60.000 soldats en Afghanistan uniquement pour ces élections", a déclaré à la presse M. Rasmussen.
   
"Des élections crédibles sont un des éléments importants de ce processus,  mais nous ne devons pas oublier que nous avons réussi à empêcher que l'Afghanistan ne redevienne un havre de paix pour les terroristes et nous continuerons à le faire", a-t-il ajouté.
   
Le secrétaire général s'exprimait au cours de la conférence de presse qu'il s'est engagé à donner tous les mois, à son entrée en fonction début août, et alors que des doutes se multiplient sur la régularité du scrutin présidentiel et provincial qui s'est déroulé sous la pression des talibans le 20 août.
   
Le chef de l'Etat sortant Hamid Karzaï restait en tête mercredi de l'élection présidentielle, suivi par son principal adversaire Abdullah Abdullah, selon de nouveaux résultats partiels portant sur un peu plus de 60% des bureaux de vote.
   
M. Rasmussen a par ailleurs salué le rapport du commandant des troupes américaines et de l'Otan en Afghanistan, le général américain Stanley McChrystal, qui prône une "révision" de la "stratégie" dans le combat contre les talibans.
   
Il a toutefois souligné que ces conclusions devaient recevoir l'aval des 28 Etats membres de l'Otan pour devenir effectives.
   
Mais quels que soient les résultats, a-t-il dit, "il n'y aura pas de changement dans notre engagement auprès du peuple afghan, pas de changement dans (la volonté) de voir cette mission réussir, quel que soit le temps que cela prendra".
   
Il a aussi insisté pour que les membres de l'Otan et les pays partenaires mettent à disposition un plus grand nombre d'instructeurs afin de renforcer les forces de police et militaires afghanes.

Première publication : 02/09/2009

COMMENTAIRE(S)