Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Les Arméniens cachés de Turquie en quête d’identité

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Yémen : des milliers de réfugiés affluent à Djibouti

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Christianophobie" : un mots qui fait peur..

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Hillary Clinton entre en piste pour 2016 - Les élections législatives au Royaume-Uni

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Naufrages de migrants : l'Europe passive ou impuissante ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Manuel Valls contre le racisme et l'antisémitisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Présidentielle américaine 2016 : l'économie dans la campagne

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Nokia s'offre Alcatel-Lucent : les emplois menacés ?

En savoir plus

BILLET RETOUR

Afrique du Sud : les familles des mineurs de Marikana réclament justice

En savoir plus

Economie

Pfizer accepte de payer une amende record pour publicité mensongère

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/09/2009

L'inventeur du Viagra, Pfizer, a accepté de payer la plus grosse amende jamais infligée dans l'industrie pharmaceutique. La compagnie va devoir payer 2,3 milliards de dollars pour des pratiques commerciales frauduleuses.

AFP - Le groupe pharmaceutique américain Pfizer, fabricant du Viagra, a accepté de payer une amende record de 2,3 milliards de dollars pour solder une plainte sur ses pratiques commerciales, ont annoncé mercredi les parties prenantes.
  
Il s'agit "de la plus grosse amende jamais infligée par la justice américaine dans le secteur de la santé", a souligné le ministère de la Justice dans un communiqué, alors que l'administration Obama cherche à lutter contre la fraude et à réduire le coût astronomique de la santé aux Etats-Unis.
  
Cet accord définitif fait suite à un accord de principe dévoilé en début d'année. Il porte sur "des pratiques commerciales frauduleuses" concernant l'anti-inflammatoire Bextra, a rappelé le ministère.
  
Le Bextra avait été retiré du marché en 2005, en raison d'inquiétudes sur ses effets secondaires, particulièrement cardiaques. Selon les plaignants, Pfizer "a fait la promotion du Bextra pour plusieurs usages et dosages que la FDA (l'autorités sanitaire, ndlr) avait refusé de valider en raison de doutes sur les risques" associés à cet anti-inflammatoire.
  
Pfizer était également poursuivi pour pratiques commerciales abusives concernant trois autres traitements: le Zyvox (infections bactériennes), le Geodon (troubles bipolaires et schizophrénie) et le Lyrica (troubles nerveux).
  
Les avocats des plaignants au civil ont salué le montant record de l'amende.
  
"Pfizer a ciblé des pédiatres et des adolescents pour étendre la commercialisation du Geodon", citent-ils à titre d'exemple, alors que "la FDA a validé le Geodon pour une population de 18-65 ans".
  
"Pfizer a régulièrement versé des commissions à ces médecins pour enfants pour qu'ils fassent des présentations promotionnelles à leurs pairs sur les bienfaits du Geodon", poursuivent les avocats du cabinet Kenney Egan McCafferty & Young, dans un communiqué.
  
L'accord solde les plaintes au civil et au pénal sur le sujet. Pfizer, et sa filiale concernée Pharmacia & Upjohn Company, va verser 1,3 milliard de dollars pour solder le volet pénal de l'affaire, et 1 milliard supplémentaire pour solder le volet civil.
  
Le ministère de la Justice a salué cet accord "historique", dont l'amende du volet civil doit être reversée aux réseaux publics de couverture santé comme Medicare et Medicaid.
  
"C'est l'illustration des efforts sans relâche de la Justice pour protéger les Américains", a indiqué le ministère, au moment où l'administration du président Barack Obama tente de faire passer une importante réforme du système de santé.

Première publication : 02/09/2009

COMMENTAIRE(S)