Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Qu'achètent les Etats-Unis en Afghanistan?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Code du travail : le dernier round

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Fou ou terroriste?"

En savoir plus

LE DÉBAT

Macron : 100 jours à l'Élysée, entre couacs et mesures impopulaires, déjà le désamour ? (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Macron : 100 jours à l'Élysée, entre couacs et mesures impopulaires, déjà le désamour ? (partie 1)

En savoir plus

FOCUS

Cameroun : les humanitaires face aux pénuries alimentaires dans les camps de réfugiés

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Il s'appelait Julian Cadman"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

"Areva quitte la Bourse de Paris"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Dans le cartable d'Emmanuel Macron"

En savoir plus

Amériques

Rétrogradé en catégorie 2, Jimena s'approche de la Basse Californie

Vidéo par Carlotta RANIERI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/09/2009

Les évacuations ont commencé en Basse Californie, la péninsule du nord-ouest du Mexique, à l'approche de l'ouragan Jimena, rétrogradé en catégorie 2. Les vents qui accompagnent le cyclone soufflent jusqu'à 175 km/h.

AFP - L'ouragan Jimena qui menace la péninsule mexicaine de Basse Californie a été rétrogradé en catégorie 2 sur l'échelle de Saffir-Simpson qui en compte 5, ont indiqué mercredi les météorologues américains.
   
L'ouragan est accompagné de vents allant jusqu'à 175 kilomètres/heure, ce qui en fait un ouragan de catégorie 2, a indiqué le Centre national des ouragans (NHC) basé à Miami, aux Etats-Unis.
   
Jimena continuera à s'affaiblir avant de toucher terre, a précisé le NHC.
   
En prévision de son passage, habitants et touristes ont commencé à évacuer en urgence la péninsule mexicaine, qui est proche des Etats-Unis.
   
Plus de 2.000 touristes étrangers, pour la plupart américains, ont déjà quitté lundi Los Cabos, sur les 8.000 à 9.000 présents dans cette station chic de la pointe Sud de la péninsule.

Première publication : 02/09/2009

COMMENTAIRE(S)