Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

Afrique

Ali Bongo remporte le scrutin, un leader de l'opposition blessé

Vidéo par David THOMSON

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 04/09/2009

Alors qu'Ali Bongo a été déclaré vainqueur avec 41,73 % des voix, l'opposant Pierre Mamboundou a été blessé, à Libreville, lors de la dispersion d'une manifestation. À Port-Gentil, le couvre-feu a été instauré après de violents heurts.

Ali ben Bongo, le fils du défunt président Omar Bongo, a remporté l’élection présidentielle avec 41,73 % des voix, selon des chiffres officiels annoncés cinq jours après le scrutin - un délai qui a entraîné des échauffourées dans la capitale Libreville et à Port-Gentil. "Ce qu’on appelle l’opposition a demandé que le comptage des voix soit fait sept fois de suite", a déclaré sur l'antenne de FRANCE 24 Clémence Mezui, la porte-parole du candidat Bongo. "Ça prend le temps que ça a pris, tout simplement", justifie-t-elle.

L'un des chefs de l'opposition, Pierre Mamboundou, qui est arrivé troisième à l'élection présidentielle, a été gravement blessé, jeudi à Libreville, lors de la dispersion d'une manifestation par les forces de l'ordre. Selon les chiffres publiés par le ministère de l’Intérieur, il a remporté 25,22 % des suffrages lors du scrutin. "Il est sérieusement blessé. Nous ne pouvons vous dire à quel point, mais il est vivant", a déclaré à Reuters Richard Mombo, secrétaire général de l'Union pour le peuple gabonais (UPG), le mouvement de Mamboundou.

 

Le consulat général de France de Port-Gentil incendié

Dans un discours prononcé peu après l'annonce de sa victoire, Ali ben Bongo, le candidat du Parti démocratique gabonais (PDG), avait appelé le Gabon à accepter le verdict et a déclaré qu'il serait "le président de tous les Gabonais". Depuis son quartier général de campagne, à Libreville, il s'est engagé à respecter ses promesses, disant vouloir "dans la continuité, apporter des changements nécessaires" à ce pays d'environ 1,5 million d'habitants, qui regorge de pétrole mais aux richesses inégalement réparties.

Si les partisans d'Ali Bongo célèbrent la victoire, dans les camps d’André Mba Obame (25,88 %) et Pierre Mamboundou, qui revendiquaient tout deux la victoire dès dimanche, "c’est la consternation", constate Christophe Boisbouvier, envoyé spécial de RFI à Libreville. "On affirme que les chiffres [publiés] sont le résultat d’une fraude orchestrée depuis 48 heures dans les neuf provinces du pays", poursuit-il.



Quelques minutes après l'annonce des résultats, des magasins ontt été pillés et le consulat général de France a été incendié à Port-Gentil, la capitale économique du pays. La concession Total et la prison de la ville ont elles aussi été incendiées. "Il y a eu quelques éléments qui, semble-t-il, se sont manifestés contre les installations de Total et de Schlumberger, à Port-Gentil, avec a priori deux blessées, une Gabonaise et une Anglaise", a déclaré à l’AFP le secrétaire d’Etat français à la Coopération, Alain Joyandet.

 

"Les Gabonais n'acceptent pas ce coup de force"


Un candidat malheureux à la présidentielle gabonaise, Bruno Ben Moubamba, estime que les violences, notamment anti-françaises, vont "s'accentuer". "Les Gabonais n'acceptent pas ce coup de force. Les Gabonais sont chauffés à blanc", estime-t-il. Il avait observé une grève de la faim d'une quinzaine de jours pour demander le report du scrutin.

Le ministre français des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, a assuré jeudi qu'un "dispositif" était "prêt" pour protéger, en cas de nécessité, les 10 000 Français présents au Gabon . "Il ne sera pas touché à un seul cheveu des Français, a affirmé la porte-parole de Bongo sur l'antenne de FRANCE 24. Ils ont le droit de vivre en paix dans ce pays." Alain Joyandet a cependant recommandé aux ressortissants français de "rester chez eux".



 

Première publication : 03/09/2009

COMMENTAIRE(S)