Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Libération de Karim Wade : une décision dénoncée par des militants anti-corruption

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Condamnation de Moïse Katumbi : l'opposition dénonce un "harcèlement"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE DÉBAT

Le Royaume-Uni quitte l'Union Européenne, un pays et une Europe sous le choc

En savoir plus

TECH 24

Fintech : quand les startups font trembler la banque

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 2)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le saut dans l'inconnu (Partie 1)

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Refaire passer le chef de l’État par une primaire ne me paraît pas logique »

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-Vincent Placé : « Nous sommes arrivés à un moment où il n’y a plus de débat démocratique ni de dialogue social »

En savoir plus

Afrique

Après les violences de la journée, Port-Gentil est sous couvre-feu

Vidéo par Aude SOUFI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/12/2009

La capitale économique, Port-Gentil, a été le théâtre de violences après l'annonce de la victoire d'Ali Bongo à la présidentielle - le consulat général de France notamment a été incendié. Les autorités ont instauré un couvre-feu.

AFP - Un couvre-feu a été instauré jeudi à partir de 20H00 (19H00 GMT) à Port-Gentil, la capitale économique du Gabon secouée par des violences après l'annonce des résultats de la présidentielle, a annoncé à l'AFP le ministère de l'Intérieur et de la Défense.
   
"Le couvre-feu a été instauré ce jeudi, à partir de 20H00 et jusqu'à 06H00 (05H00 GMT) demain" vendredi, et la mesure sera appliquée de vendredi à samedi, a expliqué le ministère.
   
La mesure est "susceptible d'être prorogée" si le calme ne revenait pas à l'issue de ce délai, a-t-on précisé de même source.
   
Pendant qu'étaient égrenés les résultats de l'élection présidentielle du 30 août, de 10H00 à midi (09H00-11H00 GMT), des partisans de l'opposant historique et candidat à la présidentielle Pierre Mamboundou ont attaqué la prison de Port-Gentil.
   
Ils ont libéré les prisonniers avant de se diriger vers le centre-ville où des barricades ont été dressées, selon un correspondant de l'AFP, qui a vu un bâtiment en feu.
   
Peu après la publication des résultats, le consulat général de France dans la ville a été incendié.
   
Des soldats français du 6e Bataillon d'infanterie de marine ont pris position dans la soirée devant les bâtiments.
   
Selon des sources officielles françaises et gabonaises, il y a également eu des manifestations contre les installations du groupe pétrolier français Total et du groupe franco-américain Schlumberger, faisant deux blessées.
   
Le siège de Total Gabon a aussi été attaqué.
   
Selon Schlumberger, une employée, de nationalité polonaise, a été "grièvement blessée". D'après Total, trois stations-service ont été endommagées ou pillées.
 

Première publication : 03/09/2009

COMMENTAIRE(S)