Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

San Cristóbal, le chaudron vénézuélien

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Compétition des idées : une victoire des États-Unis ? (partie 2)

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Agriculture : faire face à l'élevage intensif

En savoir plus

TECH 24

L'Université de la Singularité met le cap sur l'Europe

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Départementales : la normalisation du FN

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crash de l'A320 de Germanwings : le copilote était en arrêt maladie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

L'offensive militaire au Yémen

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Bruxelles étudie les réformes proposées par Athènes

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le copilote de la Germanwings était-il dépressif ?

En savoir plus

Afrique

Après les violences de la journée, Port-Gentil est sous couvre-feu

Vidéo par Aude SOUFI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/12/2009

La capitale économique, Port-Gentil, a été le théâtre de violences après l'annonce de la victoire d'Ali Bongo à la présidentielle - le consulat général de France notamment a été incendié. Les autorités ont instauré un couvre-feu.

AFP - Un couvre-feu a été instauré jeudi à partir de 20H00 (19H00 GMT) à Port-Gentil, la capitale économique du Gabon secouée par des violences après l'annonce des résultats de la présidentielle, a annoncé à l'AFP le ministère de l'Intérieur et de la Défense.
   
"Le couvre-feu a été instauré ce jeudi, à partir de 20H00 et jusqu'à 06H00 (05H00 GMT) demain" vendredi, et la mesure sera appliquée de vendredi à samedi, a expliqué le ministère.
   
La mesure est "susceptible d'être prorogée" si le calme ne revenait pas à l'issue de ce délai, a-t-on précisé de même source.
   
Pendant qu'étaient égrenés les résultats de l'élection présidentielle du 30 août, de 10H00 à midi (09H00-11H00 GMT), des partisans de l'opposant historique et candidat à la présidentielle Pierre Mamboundou ont attaqué la prison de Port-Gentil.
   
Ils ont libéré les prisonniers avant de se diriger vers le centre-ville où des barricades ont été dressées, selon un correspondant de l'AFP, qui a vu un bâtiment en feu.
   
Peu après la publication des résultats, le consulat général de France dans la ville a été incendié.
   
Des soldats français du 6e Bataillon d'infanterie de marine ont pris position dans la soirée devant les bâtiments.
   
Selon des sources officielles françaises et gabonaises, il y a également eu des manifestations contre les installations du groupe pétrolier français Total et du groupe franco-américain Schlumberger, faisant deux blessées.
   
Le siège de Total Gabon a aussi été attaqué.
   
Selon Schlumberger, une employée, de nationalité polonaise, a été "grièvement blessée". D'après Total, trois stations-service ont été endommagées ou pillées.
 

Première publication : 03/09/2009

COMMENTAIRE(S)