Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

  • John Kerry arrache un cessez-le-feu de 72 heures à Gaza

    En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Devant les juges, Karim Wade se considère "prisonnier politique"

    En savoir plus

  • Free veut racheter T-mobile, poids lourd de la téléphonie américaine

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

FRANCE

Le parquet de Paris requiert un non-lieu pour Pasqua et Margerie

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/09/2009

L'abandon des poursuites contre l'ex-ministre Charles Pasqua, accusé de trafic d'influence et corruption, et contre Christophe de Margerie, le PDG de Total suspecté d'abus de bien sociaux, a été requis dans l'affaire pétrole contre nourriture.

AFP - Le parquet de Paris a requis un non-lieu pour l'ancien ministre Charles Pasqua et le pdg de Total, Christophe de Margerie, dans l'affaire pétrole contre nourriture et le renvoi en correctionnelle de onze personnes, a-t-on appris jeudi de sources proches du dossier.
   
L'enquête ouverte en 2002 s'était orientée vers diverses personnalités françaises soupçonnées d'avoir perçu au début des années 2000 des commissions occultes sous forme d'allocations de barils de pétrole du régime irakien de Saddam Hussein en violation du programme de l'Onu "pétrole contre nourriture".
   
Au total, 20 personnes physiques, dont l'une est depuis décédée, et une entreprise, Vitol, ont été mises en examen.
   
Plus de deux ans après la clôture de l'enquête par Philippe Courroye, alors juge d'instruction, le parquet a requis un non-lieu à l'encontre de Charles Pasqua, poursuivi pour trafic d'influence aggravé et corruption d'agent public étranger.
   
L'ancien ministre, qui a toujours affirmé être "étranger à tout cela", est soupçonné d'avoir perçu du régime irakien des allocations de barils de pétrole ensuite revendues à une société. Le parquet a considéré pour sa part que l'enquête n'avait pas permis de le démontrer, selon ces sources.
   

Le parquet a également requis un non-lieu pour Christophe de Margerie, alors numéro du groupe pétrolier Total, poursuivi notamment pour complicité d'abus de biens sociaux. Il est soupçonné par le juge d'instruction d'avoir joué un rôle dans le versement présumé de pots de vin par le groupe pétrolier pour obtenir des contrats en Irak.
   
Sept autres salariés ou intermédiaires de Total mis en examen bénéficient également d'une réquisition de non-lieu, selon ces sources.
   
Les 11 autres personnes mises en examen, notamment pour trafic d'influence, et soupçonnées d'avoir bénéficié d'allocations de barils font en revanche l'objet d'une réquisition de renvoi devant le tribunal correctionnel de Paris.
   
Parmi elles figurent les anciens diplomates Jean-Bernard Mérimée et Serge Boidevaix, soupçonnés d'avoir perçu des allocations en échange de leur lobbying réel ou supposé au bénéfice du régime de Saddam Hussein.
   
 

Première publication : 03/09/2009

COMMENTAIRE(S)