Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCO

France : coup d'envoi de la réforme de l'assurance-chômage

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Une femme "moderne" ne peut pas être victime de violences conjugales"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'argent, tabou des députés"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Climat : faut-il encore rappeler l'urgence de la situation?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Léonard She Okitundu : "La RDC n'exclut pas des mesures de rétorsion contre l'UE"

En savoir plus

LE DÉBAT

"One Planet Summit" : sans les États-Unis, qui va payer pour le climat ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Jean-Louis Debré : "La droite devrait prendre le temps de la réflexion"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Jean-Louis Debré : "Chirac est à l'origine de la prise de conscience" sur l'environnement

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : Baiji, ancienne vitrine industrielle, peine à retrouver sa splendeur d'antan

En savoir plus

Economie

Timothy Geithner voit les "premiers signes" d'un retour de la croissance

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/09/2009

Le secrétaire américain au Trésor s'est montré optimiste, mercredi, quant aux perspectives d'amélioration de la situation économique mondiale, déclarant avoir "vu les premiers signes de la croissance", lors d'un point presse.

AFP - Le secrétaire au Trésor américain Timothy Geithner a déclaré mercredi avoir "vu les premiers signes de la croissance" économique aux Etats-Unis et dans le monde, tout en estimant que la route était "encore longue" avant un retour à la normale.

"On a vu les premiers signes de la croissance (...) dans ce pays et dans le monde", a déclaré M. Geithner lors d'un point de presse consacré à la réunion des ministres des Finances du G20 prévue vendredi et samedi à Londres.

"La puissance de la réponse que nous avons mise en oeuvre ici et avec le G20 (...) a véritablement permis d'éloigner avec succès l'économie mondiale du bord de l'abîme", a dit le ministre.

"Nous revenons de loin, mais je crois qu'il nous faut être réalistes, la route est encore longue", a-t-il ajouté.

Concernant la réunion du G20 à Londres, M. Geithner a indiqué qu'elle serait surtout l'occasion de "passer en revue les progrès accomplis depuis" le sommet des chefs d'Etat et de gouvernement de ce forum regroupant les principaux pays avancés et émergents dans la capitale britannique en avril.

Le but essentiel de cette rencontre, a-t-il dit, sera de "poser les bases" d'une croissance durable.

A Londres, les Etats-Unis vont s'efforcer de "faire en sorte que tout le monde comprenne l'impératif consistant à assurer que soient posées les bases d'une croissance auto-alimentée, tirée par la demande privée, ce qui va demander davantage de travail".

Le deuxième objectif primordial de la réunion sera à ses yeux de progresser dans la "réforme" du système financier international afin d'éviter la reproduction d'une crise de l'ampleur de celle déclenchée par les crédits immobiliers à risque américains.

Alors qu'au printemps les Etats-Unis avaient provoqué des frictions avec leurs partenaires européens en leur reprochant de ne pas prévoir de continuer leur effort de relance en 2010, M. Geithner a estimé en substance mercredi que tous les membres du G20 étaient conscients que les efforts de relance devaient être maintenus "aussi longtemps que nécessaire" mais pas trop longtemps.

Lors de leur sommet en avril, les pays du G20 s'étaient engagés à coopérer dans la relance de leurs économies et dans la réforme du système financier international.

Interrogé sur la proposition européenne de réduire au niveau international les bonus des banquiers, adoptée à l'initiative de la France, M. Geithner a indiqué qu'il ne souhaitait pas en parler avant d'en savoir plus.

La réunion de vendredi et samedi à Londres doit permettre de préparer le prochain sommet du G20 prévu pour les 24 et 25 septembre à Pittsburgh, dans le nord-est des Etats-Unis.

Première publication : 03/09/2009

COMMENTAIRE(S)