Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Super-prédateur"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Obama, une déception africaine

En savoir plus

FOCUS

Les sociétés militaires privées russes : le bras armé caché du Kremlin

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Mode : les tendances de l’été

En savoir plus

DÉBAT

Turquie : l'offensive contre l'EI et le PKK s'intensifie

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, son avocat et le viol conjugal"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Slogans"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Crise grecque : Varoufakis préparait un "plan B"

En savoir plus

DÉBAT

Raids turcs en Irak et en Syrie : l'offensive contre l'OEI et le PKK s'intensifie (Partie 2)

En savoir plus

Afrique

L’élection d'Ali Bongo confirmée par la Cour constitutionnelle

Vidéo par Pauline PACCARD

Texte par Dépêche

Dernière modification : 05/09/2009

Alors que la Cour constitutionnelle confirme l'élection d'Ali Bongo à la présidence, avec 41,73 % des suffrages, le parti de l'opposant Pierre Mamboundou appelle à la résistance. Par ailleurs, un commissariat de Port-Gentil a été pillé.

AFP - La Cour Constitutionnelle gabonaise a confirmé vendredi l'élection d'Ali Bongo Ondimba à la présidence de la République gabonaise, dans une allocution télévisée de la présidente de la Cour.

"Est déclaré élu le candidat Ali Bongo Ondimba du Parti démocratique gabonais (PDG, au pouvoir) avec 141.952 soit 41,73% (...) sous réserve du contentieux dont la Cour serait saisie", a affirmé la présidente de la Cour, Marie Madeleine Mborantsuo.

Elle aussi confirmé les scores des autres candidats: l'ancien ministre de l'Intérieur André Mba Obame arrive deuxième avec 88.028 voix (25,88%) devant l'opposant historique Pierre Mamboundou 85.797 voix (25,22%) lors du scrutin de dimanche.

La présidente de la Cour a aussi entériné les différents chiffres de l'élection de dimanche: 807.402 inscrits, 357.621 votants, 17.441 bulletins nuls ou blancs, 340.178 suffrages valablement exprimés et 44,24% de taux de participation.

Les candidats ont dix jours pour déposer un recours.

M. Mba Obame et l'entourage de M. Mamboundou ont contesté les résultats parlant respectivement de "fraude" et de "supercherie", notamment.

M. Mba Obame avait critiqué la Cour constitutionnelle: "la Cour constitutionnelle, ici, c'est comme la Tour de Pise, elle penche toujours du même côté!".

L'annonce, jeudi, des résultats par le ministre de l'Intérieur a été suivie par d'importants troubles à Libreville et Port-Gentil, deuxième ville du pays.

Vendredi, la situation restait tendue à Libreville où un dispositif sécuritaire demeurait en place alors qu'à Port-Gentil, les forces de l'ordre ont dispersé en fin de matinée un attroupement de plusieurs centaines de badauds et pillards, selon un correspondant de l'AFP.

Jeudi, pour protester contre la victoire d'Ali Bongo à l'élection présidentielle du 30 août, des manifestants avaient attaqué la prison de Port-Gentil et libéré les détenus, avant d'incendier le consulat général de France.

Un couvre-feu a été instauré jeudi à partir de 20H00 (19H00 GMT) jusqu'à 06H00 (05H00 GMT) vendredi. La mesure demeurera en vigueur "jusqu'à nouvel ordre", a précisé vendredi le ministre de l'Intérieur et de la Défense, Jean-François Ndongou.

Malgré cette mesure, de nouvelles violences et des pillages se sont déroulés dans la nuit de jeudi à vendredi.

Première publication : 04/09/2009

COMMENTAIRE(S)