Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : Bamako espère que les groupes du Nord signent l'accord de paix

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La France mise à l'index pour sa législation sur la fessée

En savoir plus

DÉBAT

Boris Nemtsov assassiné : L'opposition russe punie?

En savoir plus

DÉBAT

Netanyahou aux Etats-Unis : Le coup de froid entre Israël et la maison blanche

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Grèce, Allemagne, Espagne… L'Agriculture européenne réformée

En savoir plus

ICI L'EUROPE

La France, principale bénéficiaire de la PAC

En savoir plus

FOCUS

Chine : vers de meilleures conditions pour les travailleurs migrants de Pékin

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vieux Farka Touré, le blues du désert

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Islamisme radical, comment prévenir et guérir ?

En savoir plus

Afrique

Couvre-feu à Port-Gentil après les incidents de jeudi

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/09/2009

La capitale économique gabonaise, Port-Gentil, a été le théâtre de violences, jeudi, après l'annonce officielle de la victoire d'Ali Bongo à la présidentielle du 30 août. Les manifestants s'en sont notamment pris aux intérêts français.

AFP - Ali Bongo, fils du défunt chef d'Etat Omar Bongo, a été proclamé officiellement vainqueur de l'élection présidentielle au Gabon jeudi, un résultat contesté par l'opposition et à l'origine d'incidents visant notamment les intérêts français.

Le gouvernement a imposé un couvre-feu jusqu'à samedi à Port-Gentil, seconde ville du pays à une centaine de kilomètres de Libreville, secouée par des violences, au cours desquelles trois femmes ont été blessées, une Polonaise, une Anglaise et une Gabonaise.

Jeudi soir le calme régnait dans la capitale, désertée par ses habitants et quadrillée par l'armée, a constaté l'AFP. Des incidents avaient eu lieu dans la matinée dans au moins deux quartiers populaires.

Des jeunes tenaient des discours hostiles à Ali Bongo et à la France, qu'ils ont accusée d'avoir "imposé" aux Gabonais le fils Bongo.

Ali Bongo, 50 ans, a remporté l'élection à un tour du 30 août avec 141.952 voix, soit 41,73% des suffrages, devant l'ex-ministre de l'Intérieur André Mba Obame (25,88%), et Pierre Mamboundou (25,22%), un indépendant, a déclaré le ministre de l'Intérieur, Jean-François Ndongou. La participation est estimée à 44.29%.

Ali Bongo, qui succède à son père, mort début juin après 41 ans de pouvoir, a promis d'être "le président de tous les Gabonais (...) sans exclusive", peu après l'annonce de sa victoire, contestée par ses deux principaux rivaux qui s'étaient eux-mêmes proclamés vainqueurs depuis plusieurs jours.

"C'est un coup d'Etat électoral. Je ne reconnais pas les résultats de l'élection. C'est moi qui (l')ai gagnée", a affirmé M. Mba Obame dans un entretien téléphonique avec l'AFP depuis un lieu tenu secret.

Après la proclamation du résultat, des opposants à Bongo ont incendié le consulat général de France à Port-Gentil. Dans la soirée des soldats français du 6E Bataillon d'infanterie de marine avait pris position devant le bâtiment.

Des installations du groupe pétrolier français Total et du groupe franco-américain Schlumberger y ont aussi été attaquées, faisant, selon le secrétaire d'Etat français à la Coopération, Alain Joyandet, "a priori deux blessées, une Gabonaise et une Anglaise".

Selon Schlumberger, une employée polonaise a été "sérieusement blessée".

M. Joyandet a "appelé au calme" et recommandé aux Français de "rester chez eux". Dans des déclarations à la chaîne de télévision France-24 il a insisté sur la "neutralité" de Paris vis-à-vis des différents candidats.

La France dispose d'une base militaire à Libreville, avec un millier d'hommes. Environ 10.000 ressortissants français sont établis au Gabon.

Dans la matinée la prison de Port-Gentil avait été attaquée par des partisans de Mamboundou qui ont libéré les prisonniers. Ils ont ensuite dressé des barricades au centre-ville, selon un correspondant de l'AFP.

Selon son entourage, Pierre Mamboundou, également "en lieu sûr", a été "blessé à la tête et à l'épaule" lors de la dispersion d'une manifestation par les forces de l'ordre à Libreville.

Le ministre de l'Intérieur a cependant nié toute violence contre les leaders politiques. "Aucun militaire, aucun policier n'a frappé ou n'a tiré sur un leader politique. Aucun leader politique n'est arrêté, ils sont tous en liberté", a-t-il affirmé devant le corps diplomatique réuni dans un grand hôtel de la capitale.

Dans son discours, Ali Bongo s'est engagé, "dans la continuité (à) apporter des changements nécessaires" en matière de développement, finances publiques et justice, dans ce pays pétrolier d'environ 1,5 million d'habitants, aux richesses très inégalement réparties.

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a exprimé "sa préoccupation à la suite des informations faisant état d'incidents dans certaines régions du pays et appelé à la retenue".

Les Etats-Unis ont appelé "les partis et les citoyens gabonais à réagir pacifiquement aux résultats" et à respecter le processus démocratique.

   

 

Première publication : 04/09/2009

COMMENTAIRE(S)