Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"La "castritude" selon Ségolène Royal"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Référendum en Italie : un scrutin à risque pour Matteo Renzi

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Présidentielle 2017 : la nouvelle donne.

En savoir plus

LE GROS MOT DE L'ÉCO

PIB : la richesse se fait tirer le portrait

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

François Fillon est-il le "Thatcher français" ?

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Pascal Elbé

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Le renoncement de François Hollande est-il un aveu d'échec ?

En savoir plus

FOCUS

Autriche : qui est Norbert Hofer, le nouveau visage du parti d'extrême droite ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hommage à Ousmane Sow, l'artiste des ethnies

En savoir plus

Economie

Le déficit budgétaire de l'État a doublé en un an

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/09/2009

À la fin juillet, le déficit budgétaire de la France a atteint 109 milliards d'euros, contre 51,4 milliards un an plus tôt. Une flambée liée à la baisse des recettes fiscales et à la hausse des dépenses engagées pour lutter contre la crise.

REUTERS - Sous le coup de la baisse des recettes fiscales et de la hausse des dépenses liées à la crise, le déficit du budget de l'Etat en exécution a plus que doublé à 109,0 milliards d'euros à la fin juillet contre 51,4 milliards un an plus tôt, selon des chiffres publiés vendredi par le ministère du Budget.

L'écart de 57,6 milliards d'une année sur l'autre "s'explique principalement par le poids de la conjoncture économique sur l'évolution des recettes et, à hauteur de 25,8 milliards, par l'effet des différentes mesures de soutien de l'économie", précise le ministère dans un communiqué.

Alors que les dépenses de l'Etat ont augmenté de 5,3% sur un an, les recettes affichent une baisse de 23,5%.

Fin juin, le ministre du Budget Eric Woerth avait déclaré à l'Assemblée nationale que le déficit de l'Etat atteindrait 125 à 130 milliards d'euros cette année, dont environ 85 milliards - les deux tiers - directement imputables à la crise.

A fin juillet, les dépenses totales (budget général et prélèvements sur recettes) atteignaient 215,2 milliards d'euros contre 204,4 milliards un an plus tôt, dont 8,5 milliards au titre du plan de relance, selon le communiqué du ministère.

Les recettes du budget général (nettes des remboursements et dégrèvements et hors prélèvements sur recettes) s'établissaient quant à elles à 133,8 milliards contre 175,0,1 milliards à la même date en 2008.

Le produit des recettes fiscales nettes s'élève à 123,0 milliards, en baisse de 37,5 milliards (-23%) par rapport à fin juillet 2008. "Cette baisse marquée s'explique par l'évolution défavorable de la conjoncture et, à hauteur de 11 milliards, par l'effet des mesures de soutien à la trésorerie des entreprises dans le cadre du plan de relance", indique le ministère.

Hors plan de relance, le produit des recettes fiscales est en baisse de 26,5 milliards d'euros par rapport à 2008 (-25,8 milliards à périmètre constant), du fait d'une diminution des recettes de TVA (-7,7 milliards contre -7,3 milliards le mois précédent) et par le recul plus accentué des recettes de l'impôt sur les sociétés (-24,3 milliards contre -17,3 milliards au mois de juin).

Le ministère précise que, sur la base de l'estimation des acomptes restant à verser, "le produit attendu de l'IS devrait néanmoins s'inscrire dans la fourchette indiquée au moment du débat d'orientation des finances publiques", soit entre 20 et 25 milliards d'euros en 2009.

La prévision des recettes fiscales sera plus précisément réactualisée à l'occasion de la présentation du projet de loi de finances pour 2010, ajoute-t-il.
 

Première publication : 04/09/2009

COMMENTAIRE(S)