Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Le Malien Birama Sidibé candidat à la présidence de la Banque africaine de développement

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Loi santé : ce qui va changer

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Serge Atlaoui condamné à mort : La France peut-elle faire pression ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Migrants en Méditerranée, sans stratégie face au drame l'Europe mise en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Émission spéciale : Marseille, le renouveau ?

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : sur les traces du réalisateur Henri Verneuil, réfugié arménien

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Génocide arménien, cent ans après déni et mémoire continuent de se côtoyer

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Paris des Arts de Léa Drucker

En savoir plus

TECH 24

Numérique : tout pour la musique

En savoir plus

Moyen-Orient

Un GI condamné à vie pour le meurtre d'une famille irakienne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/09/2009

Un soldat américain, Steven D. Green, 24 ans, a été condamné aux États-Unis à cinq peines de prison à vie pour le meurtre d'une famille irakienne, au sud de Bagdad, en mars 2006. Le juge fédéral du Kentucky a évoqué un crime inexcusable.

AFP - Un ancien soldat américain, âgé de 24 ans, a été condamné vendredi aux Etats-Unis à la prison à vie pour le meurtre d'une famille irakienne, qui avait soulevé une vive émotion en 2006 dans le monde arabe.

Le juge fédéral du Kentucky (centre-est) Thomas Russell a condamné Steven D. Green à cinq peines de prison à vie consécutives sans aucune possibilité de libération conditionnelle. Il a évoqué un crime "inimaginable, injustifié et inexcusable".

L'ancien soldat passera ainsi sa vie en prison pour avoir été le meneur d'une équipée particulièrement meurtrière au sud de Bagdad, en mars 2006.

Alors que trois autres soldats américains violaient tour à tour une jeune fille de 14 ans, M. Green avait emmené ses parents et sa soeur de six ans dans une chambre voisine où ils les avait abattus. Il avait ensuite violé à son tour l'adolescente, Abeer al-Janabi, et l'avait tuée.

Les soldats, qui s'étaient déguisés afin d'approcher sans difficulté la maison de la jeune fille qu'ils avaient repéré peu avant, avaient ensuite mis le feu à la maison et aux corps.

Steven D. Green, qui a été jugé par un tribunal civil après avoir été renvoyé de l'armée pour "troubles de la personnalité" avant que cette affaire ne soit découverte, a pris la parole vendredi au cours de l'audience.

Il a reconnu des actes "vraiment destructeurs" mais a ajouté: "vous pouvez décider que je suis un psychopathe ou un prédateur sexuel mais si je n'étais jamais allé en Irak, je n'aurais jamais été rattrapé par ce genre de chose", a-t-il déclaré.

"Vous ne savez toujours pas ce qui s'est passé, vous n'y étiez pas", a-t-il déclaré en se tournant vers l'accusation.

Un jury l'avait déclaré coupable en mai des 17 chefs d'accusation qui pesaient contre lui, dont viol, meurtre et obstruction à la justice.

Des habitants de Mahmoudiyah, la ville où le drame s'était déroulé, avaient alors réclamé la peine de mort contre M. Green. "Nous attendons de la justice américaine qu'elle prenne la bonne décision en infligeant la punition la plus forte à ce criminel", avait déclaré à l'AFP une parente de la famille.

Après le verdict de culpabilité, le jury n'était pas parvenu à l'unanimité pour le condamner à la peine capitale.

Pendant les audiences, la procureure Marisa Ford avait expliqué que le contexte de la guerre en Irak ne pouvait en aucun cas servir d'excuse à l'expédition meutrière.

M. Green, avait-elle estimé, a "agi en toute connaissance de cause". "C'était un crime prémédité, exécuté de sang froid", avait-elle assuré. "Tout était planifié".

A l'inverse, l'avocat de M. Green, Scott Wendelsdorf, avait plaidé la clémence en invoquant le traumatisme de la guerre qui avait "brisé" l'ancien soldat. Reconnu victime de stress post-traumatique trois mois avant le crime, il avait plusieurs fois dit à un officier qu'il voulait "tuer tous les Irakiens".

"Folie, folie, c'est le seul mot possible", avait affirmé son avocat. "Steven Green est responsable (du viol et des meurtres) mais les Etats-Unis ont échoué avec Steven Green", avait-il estimé.

Trois autres soldats ont déjà été condamnés par une cour martiale à la prison à vie dans la même affaire et un quatrième, qui montait la garde, à deux ans et trois mois de prison.

Première publication : 04/09/2009

COMMENTAIRE(S)