Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La seconde guerre mondiale s'invite dans la campagne

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

La seconde guerre mondiale s'invite dans la campagne présidentielle

En savoir plus

BILLET RETOUR

Nicaragua : que reste-t-il de la révolution promise ?

En savoir plus

TECH 24

Les "makers" ont du cœur

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

"Pointu" à Sanary, "barquette" à Marseille : deux noms pour un bateau séculaire

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Whirlpool : le nouveau Florange

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Macron face à Le Pen : le choc de deux France ?

En savoir plus

FOCUS

Égypte : rencontre avec les coptes, une communauté menacée

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Femua 2017 : les musiques urbaines à l'honneur à Abidjan

En savoir plus

Reportages

Le torchon brûle entre les autorités et la population

Vidéo par Catherine NORRIS TRENT

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 04/09/2009

En Grèce, une semaine à peine après le confinement des incendies, la colère des habitants n’est pas retombée. Face aux rumeurs de l’existence d’un « lobby du feu », la vindicte populaire se fait de plus en plus forte.

Le 25 août, après trois jours de chaos, la Grèce se réveille meurtrie, encore sous le choc de la catastrophe. Les incendies laissent derrière eux des milliers de sinistrés, pour la plupart mécontents.

 

Nicolas Ransom et Catherine Norris Trent se sont rendus à Grammitiko, à 60 kilomètres au nord d’Athènes, où les feux ont démarré. Dans ce lieu placé sous haute surveillance par les autorités, les habitants dénoncent, depuis 2003, le projet de construction d’une décharge destinée à recevoir les ordures de la capitale en plein cœur de la forêt.

 

Pour les habitants de Grammitiko, les incendies de forêt sont une conséquence directe des spéculations immobilières dont la région fait l’objet. Certains estiment même que l’État en est à l’origine... Une thèse également défendue par une partie de la presse hellénique. En Grèce, lorsqu’une forêt est dévastée par les flammes, le terrain sinistré devient légalement constructible.

 

À la fin août, plusieurs centaines de Grecs ont manifesté en silence à Athènes pour protester contre l'incapacité du gouvernement à arrêter les incendies. Et, alors que se profilent les élections législatives anticipées du 4 octobre, les rumeurs concernant l’existence d’un "lobby du feu" n’en finissent plus d’enfler.

Première publication : 04/09/2009

COMMENTAIRE(S)