Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FACE À FACE

Brexit : le sursaut des politiques français

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Gare aux Vikings !"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat à Madagascar : trois morts dont un bébé et 88 blessés dans un stade

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Pourquoi la France a-t-elle soutenu le régime criminel d'Hissène Habré au Tchad ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Brexit, acte 2 : un divorce à l'amiable ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

À l'occasion de la fête du cinéma, Marjane Satrapi ouvre les portes de son univers

En savoir plus

FOCUS

Face à la radicalisation dans les prisons, la France fait appel aux aumôniers musulmans

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Observateurs s'engagent : mettre en avant les actions positives

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

Brexit : et s'il n'avait pas lieu ?

En savoir plus

Moyen-Orient

Netanyahou veut accélérer la colonisation avant de la geler

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/09/2009

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou entend approuver la construction de plusieurs centaines de logements en Cisjordanie avant de procéder, pendant neuf mois, au gel de la colonisation réclamé avec insistance par Washington.

AFP - Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a fait savoir vendredi qu'il entendait donner un coup d'accélérateur à la colonisation en Cisjordanie occupée avant un gel réclamé par Washington.

Ce jeu d'équilibre, destiné à ménager l'aile la plus dure de la droite israélienne opposée à un gel de la colonisation tout en apaisant l'administration de Barack Obama, a été dénoncé par la direction palestinienne.

"Le Premier ministre va faire approuver ces prochains jours des projets de construction dans les implantations et ce n'est qu'ensuite qu'il pourrait accepter un moratoire de plusieurs mois", a déclaré à l'AFP une source gouvernementale.

Un gel, réclamé avec insistance par Washington en vue de relancer le processus de paix avec les Palestiniens et des pays arabes, serait censé durer neuf mois, selon les médias israéliens.

Mais il porterait uniquement sur la construction de nouveaux logements dans les colonies de Cisjordanie, où vivent quelque 300.000 Israéliens. En revanche, il ne concernerait pas les 2.500 logements qui ont déjà reçu le feu vert du gouvernement, a précisé un responsable de la présidence du Conseil.

Il ne toucherait pas non plus les bâtiments publics, ni les quartiers de colonisation de Jérusalem-est, où résident quelque 200.000 Israéliens.

En échange, des pays arabes tels que Oman, la Tunisie et le Maroc devraient donner leur accord à l'ouverture de représentations commerciales israéliennes sur leur territoire. Le Qatar accepterait lui de rouvrir la représentation israélienne à Doha fermée en janvier.

Réagissant à ces informations, le négociateur palestinien en chef Saëb Erakat a affirmé que le projet israélien était "totalement inacceptable". "La seule chose qui sera suspendue après ces annonces c'est le processus de paix" et non pas la colonisation, a-t-il déploré.

Selon lui, les annonces israéliennes traduisent "un mépris total" des efforts déployés par l'émissaire américain George Mitchell afin d'obtenir un gel de la colonisation dans les territoires palestiniens occupés.

Jeudi, lors d'une conférence de presse conjointe à Paris avec le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner, le président palestinien Mahmoud Abbas avait répété que les négociations de paix avec Israël ne reprendraient "qu'après un accord sur un gel de la colonisation".

Il a aussi lié un tel gel à la tenue d'une rencontre avec M. Netanyahu à New York en marge de l'Assemblée générale de l'ONU pendant la troisième semaine de septembre.

MM. Abbas et Netanyahu ne se sont jamais rencontrés depuis que ce dernier à pris ses fonctions début avril à la tête d'un gouvernement de droite.

Israël compte pour sa part obtenir le soutien des Etats-Unis pour ce plan, en dépit de l'opposition de l'administration Obama à la poursuite de la colonisation.

Des responsables israéliens ont eu un entretien mercredi avec M. Mitchell, et les deux parties ont réaffirmé leur "engagement pour une paix globale" dans la région, selon le Département d'Etat.

M. Mitchell doit revenir dans la région la semaine prochaine pour une nouvelle série de rencontres avec des responsables israéliens et palestiniens.

M. Obama a exigé, avec l'appui des Européens, un gel total de la colonisation pour favoriser une relance des négociations avec les Palestiniens suspendues depuis fin 2008.

Toutefois, l'administration Obama a paru reculer sur cette question face à l'opposition d'Israël, indiquant qu'un tel gel total des activités de construction ne représentait pas une condition préalable à une reprise des négociations de paix.

 

Première publication : 04/09/2009

COMMENTAIRE(S)