Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

Asie - pacifique

Pyongyang affirme avoir franchi un nouveau cap

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/09/2009

L'agence officielle nord-coréenne KCNA affirme que la Corée du Nord a atteint la phase terminale du processus d'enrichissement d'uranium, qui devrait lui permettre de produire prochainement de nouvelles armes nucléaires.

AFP - La Corée du Nord a affirmé vendredi qu'elle avait atteint la dernière phase de l'enrichissement d'uranium et qu'elle allait fabriquer de nouvelles armes nucléaires avec des barres d'uranium usées, a annoncé l'agence sud-coréenne Yonhap citant l'agence nord-coréenne.

"Nous avons procédé avec succès à l'expérimentation de l'enrichissement d'uranium et elle est entrée dans la phase finale", a déclaré l'agence officielle nord-coréenne KCNA, citée par Yonhap.

"Nous sommes aussi en train de finaliser le retraitement de barres d'uranium usées et du plutonium extrait (d'un réacteur) est en phase de militarisation", a affirmé le représentant permanent de Corée du Nord aux Nations unies, cité par KCNA.

Les barres d'uranium usées proviennent du seul réacteur nord-coréen produisant du plutonium, a précisé l'agence officielle.

"Nous sommes préparés à la fois au dialogue et aux sanctions", a déclaré le diplomate nord-coréen, dans une lettre citée par KCNA au président du conseil de sécurité de l'ONU.

Le diplomate indique répondre à une "demande de clarifications" du comité des sanctions de l'ONU, sans plus de détails.

Des diplomates onusiens ont rapporté en août que les Emirats arabes unis avaient saisi un navire transportant des armes nord-coréennes vers l'Iran et en avaient informé le comité de sanctions.

Pyongyang dans sa lettre répond qu'il ne sera jamais lié par la résolution 1874, adoptée le 12 juin après son essai nucléaire du 25 mai et qui durcit les sanctions à son encontre.

"Nous ne ressentons pas, par conséquent, une quelconque nécessité de répondre à la requête du Comité des sanctions", indique le diplomate dans sa lettre, qualifiant la résolution d'injuste.

Pyongyang poursuit en avertissant que si des membres du Conseil de sécurité persistaient à privilégier les sanctions au détriment du dialogue, il serait forcé "de prendre des contre-mesures auto-défensives plus fortes", une référence apparente à un troisième test nucléaire ou à un nouveau tir d'essai de missile longue-portée.

La Corée du Nord nie depuis des années mener un programme secret de fabrication d'une bombe nucléaire à l'uranium enrichi.

Mais, Pyongyang avait annoncé en juin, après le vote de la résolution 1874, qu'il allait procéder à l'enrichissement d'uranium et militariser son plutonium.

Le régime nord-coréen souligne vendredi n'avoir jamais refusé la dénucléarisation de la péninsule coréenne, mais que les négociations à six sur le sujet - dont il s'est retiré mi-avril après avoir été condamné par le Conseil de sécurité pour un tir de missile - avaient été utilisées pour "violer outrageusement" sa souveraineté.

Washington maintient que le dialogue doit se faire dans le cadre des discussions à six (Etats-Unis, les deux Corées, Chine, Japon et Russie). L'émissaire américain pour la Corée du Nord, Stephen Bosworth a entamé mercredi une tournée dans la région. Il ne fera pas d'étape à Pyongyang.

La Corée du Nord a fait récemment quelques gestes de conciliation, après plusieurs mois de graves tensions.
 

Première publication : 04/09/2009

COMMENTAIRE(S)