Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

Amériques

Le conseiller d'Obama pour l'environnement démissionne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/09/2009

Sous la pression des républicains et à la suite de divers propos et de la signature d'une pétition mettant en cause George W. Bush dans les attentats du 11-Septembre, Van Jones, conseiller d'Obama pour l'environnement, a démissionné.

AFP - Le conseiller spécial du président américain Barack Obama pour les questions de l'environnement a démissionné sous la pression des Républicains après une controverse sur ses déclarations à propos du 11 septembre, a annoncé dimanche le Washington Post.

Van Jones, un ancien militant californien des droits civiques, travaillait depuis mars dernier auprès de la Maison Blanche sur les problèmes de l'environnement.

"Ma démission est effective à compter d'aujourd'hui" a-t-il déclaré au journal tout en s'estimant victime d'une "campagne vicieuse de dénigrement"

L'ancien conseiller avait été récemment au centre d'une controverse. Sa signature avait en effet été remarquée au bas d'une pétition se demandant si les responsables du gouvernement dide l'ex-présent George W. Bush "n'avaient pas volontairement permis que les événements du 11 septembre afin d'avoir un prétexte pour déclarer la guerre", a expliqué le Washington Post.

Il aurait également eu des mots "crus" pour qualifier les Républicains lors d'un discours avant d'entrer en fonction à la Maison Blanche, selon le journal.
 

Première publication : 06/09/2009

COMMENTAIRE(S)