Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

Sports

Le Français Brahim Asloum raccroche les gants

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/09/2009

C'est une demi-surprise. Brahim Asloum met un terme à sa carrière, faute d'avoir trouvé un diffuseur pour ses combats. Le boxeur français, âgé de 30 ans, laisse vacant un fauteuil de champion du monde WBA des mi-mouche.

AFP - Le boxeur français Brahim Asloum, détenteur du titre WBA des mi-mouche, a annoncé dimanche sa retraite sportive à l'âge de 30 ans, à cause de "l'impasse" dans laquelle l'a conduit son différend avec Canal+.

"L'envie est là, mais je suis dans l'obligation d'arrêter. Je suis dans l'incapacité de pouvoir défendre mes titres. Il n'est plus possible d'organiser un événement de boxe en France", a déclaré lors de l'émission Stade 2 le boxeur, champion olympique mi-mouche en 2000, puis successivement champion d'Europe et du monde dans sa carrière professionnelle.

"Je suis dans l'impasse et le monde de la boxe est dans l'impasse... La boxe est en danger", a-t-il lancé.

Asloum n'a plus de diffuseur depuis plus d'un an à cause d'un désaccord avec Canal+ sur les conditions financières de ses combats.

En mai 2008, la chaîne cryptée avait annulé la diffusion de son combat contre le Mexicain Giovanni Segura, prévu le 26 juillet suivant, lors duquel il devait défendre son titre WBA des mi-mouche acquis en décembre 2007. Le motif invoqué était qu'Asloum aurait refusé son cachet, revu à la baisse.

"Jean-Louis Dutaret, directeur des acquisitions sport à Canal+, a dit qu'on m'a proposé 500.000 euros, mais ce n'est pas vrai, on ne me les a jamais proposés, s'est défendu Asloum. Ils ont proposé 500.000 euros à Starvision, la société qui gère mes droits, pour organiser la réunion, soit 10 combats, 20 athlètes. C'était à peine de quoi couvrir (les frais de) l'événement", a-t-il argumenté.

Goût d'inachevé

"Je me suis battu pour être champion du monde, et là, on me dit +y a rien pour toi+", a-t-il résumé. Il a souligné qu'il en voulait "énormément" à la chaîne d'avoir insinué qu'il boxait pour l'argent.

A la date de l'annulation de son combat contre Segura, Asloum comptait 23 victoires en pro, dont 9 avant la limite, pour deux défaites. Depuis, il n'est monté qu'une fois sur le ring, le 10 avril 2009: il avait battu le poids mouche Mexicain Humberto Pool par KO à la 3e reprise sur dix d'un combat sans enjeu.

Privé de télé, Asloum avait décidé de diffuser ce combat en exclusivité sur son propre site internet, mais un problème technique avait gâché l'expérience et empêché grand nombre d'internautes de voir le combat.

Le jeune homme a insisté sur le goût d'inachevé de sa "belle aventure". "Canal me laisse en plein milieu du chemin", a-t-il déploré, en estimant qu'il aurait pu boxer encore cinq ou six ans. La pilule est d'autant plus amère qu'il n'aura jamais pu défendre son titre WBA acquis contre Reveco.

En avril, il avait eu cette comparaison: "C'est un peu comme si on avait dit à Cristiano Ronaldo (alors attaquant de Manchester United): maintenant que tu as le Ballon d'Or, tu vas aller sur le banc de touche".

Première publication : 06/09/2009

COMMENTAIRE(S)