Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tensions inter-religieuses au Nigeria : Multiplication de crimes contre des chrétiens

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Lady Liberty" : emblème de l'Amérique et symbole de liberté

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La saison des tubes de l'été est lancée !

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : au Canada, les critères d'accueil des réfugiés jugés discriminatoires envers les musulmans

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'important, c'est de participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Erdogan : "Les putschistes avouent que les instructions sont venues de Gülen"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le G20 presse le Royaume-Uni de lancer ses négociations commerciales avec l'UE

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Nice, l'indécente polémique"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

JO-2016 : Les Français en route pour Rio

En savoir plus

Afrique

La journaliste "au pantalon indécent" fait le choix de la prison

Vidéo par FRANCE 2

Texte par Dépêche

Dernière modification : 08/09/2009

Loubna Ahmed al-Hussein a été conduite en prison. La journaliste, qui était condamnée à 200 dollars d'amende pour le port jugé "indécent" d'un pantalon, a préféré purger une peine d'un mois de prison plutôt que de payer l'amende.

AFP - La journaliste soudanaise Loubna Ahmed al-Hussein, condamnée lundi pour le port d'un pantalon jugé "indécent", a été conduite en prison après avoir refusé de payer une amende de 200 dollars imposée par la justice, a indiqué un de ses avocats à l'AFP.
   
"Elle a été conduite à la prison des femmes d'Omdurman", la ville jumelle de Khartoum, au confluent des deux Nil, a déclaré Kamal Omar, un des avocats de la jeune femme. Plusieurs sources concordantes ont confirmé cette information.
   
Loubna Ahmed al-Hussein a été condamnée lundi par la cour de Khartoum-Nord à verser une amende de 500 livres soudanaises (200 USD) à l'issue d'un procès-éclair. Le tribunal avait prévu, en cas de non paiement, de lui imposer une peine d'un mois de prison, ont dit des témoins aux journalistes, qui n'ont pas eu accès à la salle d'audience.
 


"Je ne vais pas payer l'amende, je préfère aller en prison", a dit Mme Hussein à l'AFP par téléphone, alors que ses avocats et ses proches tentaient de la convaincre de s'exécuter afin de lui éviter la prison.
   
Mme Hussein avait été arrêtée début juillet par des policiers dans un restaurant de Khartoum en même temps que 12 autres femmes pour "tenue indécente", alors qu'elle portait un pantalon large et une longue blouse.
   
Dix des femmes arrêtées en même temps qu'elle avaient été convoquées ensuite par la police et fouettées dix fois chacune.
   
Loubna Hussein aurait pu subir un sort similaire, mais elle a contesté les charges et entamé une campagne publique pour abolir une loi prévoyant une peine maximale de 40 coups de fouet pour quiconque "commet un acte indécent, un acte qui viole la moralité publique ou porte des vêtements indécents".
   

 

Première publication : 07/09/2009

COMMENTAIRE(S)