Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Marine Le Pen et Emmanuel Macron ou le bras de fer de la communication politique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Marcus Miller sur la scène du festival de jazz de St Louis

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

Marine le Pen et Emmanuel Macron face aux salariés de Whirlpool

En savoir plus

FOCUS

Tchétchénie : des homosexuels persécutés se confient

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Django", "Aurore", "Après la tempête" : les sorties ciné de la semaine

En savoir plus

FACE À FACE

Présidentielle 2017 : deux France en duel

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump, le président du renoncement"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Donald Trump déclare une guerre commerciale au Canada

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Marine Le Pen, comme si de rien n'était"

En savoir plus

Sports

Révolté, l'entraîneur des athlètes sud-africains démissionne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/09/2009

Wilfred Daniels quitte son poste d'entraîneur de l'équipe sud-africaine d'athlétisme, invoquant le traitement "scandaleux" réservé à Caster Semenya. À Berlin, la championne du monde du 800m avait été suspectée d'être hermaphrodite.

AFP - L'entraîneur de l'équipe nationale sud-africaine d'athlétisme Wilfred Daniels a démissionné en invoquant le "traitement révoltant" dont a été victime la championne du monde du 800 m Caster Semenya au sein de sa fédération, ont rapporté lundi les médias locaux.
  
Il a affirmé que la jeune athlète de 18 ans, suspectée d'être hermaphrodite, avait été testée en Afrique du Sud avant les championnats du monde de Berlin pour mettre fin à toute polémique sur son identité sexuelle, sans qu'elle soit informée du but des tests subis.
  
"Nous n'avons pas agi de façon convenable envers Caster. Le traitement de cette affaire a été atroce", a-t-il déclaré au quotidien The Star.
  
M. Daniels a estimé que la Fédération sud-africaine d'athlétisme (ASA) et la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF) ont toutes deux "semé la pagaille".
  
"Caster a été mise dans la position peu enviable où elle a dû endurer ce qu'elle a enduré parce que nous ne l'avons pas suffisamment informée, nous ne lui avons pas expliqué (...) ce qui pouvait l'attendre à Berlin", a-t-il ajouté.
  
"Avant son départ pour Berlin, on a demandé à Caster de se rendre dans une clinique de Pretoria pour subir des tests, mais on ne lui a pas expliqué correctement de quoi il s'agissait", a déclaré l'entraîneur à la radio privée 702.
  
"On lui a dit que c'était un test d'urine et de sang. Selon une source à laquelle j'ai parlé, il s'agissait d'une sorte de vérification de son identité sexuelle", a-t-il poursuivi.
  
En août, l'ASA avait affirmé que la championne n'avait jamais été testée avant la décision de l'IAAF de diligenter un comité d'experts pour enquêter sur le genre de la jeune femme.
  
Sous le choc de cette polémique, Caster Semenya avait failli ne pas aller chercher sa médaille d'or le 19 août, lorsqu'elle a remporté la finale du 800 m en 1:55.45, avec cinq mètres et plus de deux secondes d'avance sur la Kenyane Janeth Jepkosgei et la Britannique Jennifer Meadows.

Première publication : 07/09/2009

COMMENTAIRE(S)