Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Des émeutes éclatent au Gabon après l'annonce de la victoire de justesse d'Ali Bongo

En savoir plus

LE DÉBAT

Brésil : Clap de fin pour Dilma Rousseff (2ème partie)

En savoir plus

LE DÉBAT

Brésil : Clap de fin pour Dilma Rousseff (1ère partie)

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Offensive turque en Syrie : le casse-tête de Washington

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Venise, ses gondoles, ses canaux et... son cinéma !

En savoir plus

FOCUS

Crise des migrants : la rue, point de passage obligé pour les demandeurs d'asile à Paris?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Attentat de Gaziantep : la communauté kurde de Turquie à nouveau meurtrie

En savoir plus

FACE À FACE

La démission de Macron, un nouveau coup dur pour Hollande

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Et à la fin, Macron tua le père"

En savoir plus

Afrique

Loubna Hussein, la journaliste "au pantalon indécent", a été libérée

Vidéo par Pauline GODART

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/09/2009

Les autorités soudanaises ont libéré Loubna Hussein, la journaliste qui a été emprisonnée pour avoir porté un "pantalon indécent" après avoir risqué une peine de 40 coups de fouet, en échange d'une amende de 200 dollars.

AFP - La journaliste soudanaise Loubna Ahmed al-Hussein, incarcérée pour avoir porté un pantalon jugé "indécent", a été libérée mardi, a indiqué à l'AFP le président de l'Union des journalistes soudanais.
  
"Elle est sortie de prison. Nous avons payé l'amende de 500 livres (200 dollars)", a déclaré Moheddine Titawi, président de l'Union des journalistes soudanais. D'autres sources proches de la journaliste ont confirmé cette information à l'AFP.
  
Loubna Ahmed al-Hussein, qui risquait 40 coups de fouet pour avoir porté un pantalon jugé "indécent", a été emprisonnée lundi après avoir refusé de payer l'amende de 200 dollars à laquelle elle a été condamnée.
  
La France a rendu hommage mardi au "combat courageux" que la Soudanaise mène en faveur des droits des femmes au Soudan.
  
"La France regrette profondément la décision de la cour de Khartoum qui l'a reconnue coupable d'atteinte aux bonnes moeurs et l'a condamnée en première instance à verser une amende ou à subir une peine d'un mois de détention", a déclaré à la presse la porte-parole adjointe du ministère français des Affaires étrangères, Christine Fages.
  
Dans un éditorial mardi, le quotidien pro-gouvernemental soudanais al-Ray al-Aam (l'opinion publique) reprochait à la jeune femme de "politiser" la décision rendue la veille par le tribunal de Khartoum-Nord.
  

Dix des femmes arrêtées en même temps qu'elle avaient été convoquées ensuite par la police et fouettées dix fois chacune.
   
Loubna Hussein aurait pu subir un sort similaire, mais elle a contesté les charges et entamé une campagne publique pour abolir une loi prévoyant une peine maximale de 40 coups de fouet pour quiconque "commet un acte indécent, un acte qui viole la moralité publique ou porte des vêtements indécents".
   

 

Première publication : 08/09/2009

COMMENTAIRE(S)