Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

"La grève à Air France doit s'arrêter"

En savoir plus

DÉBAT

Grand oral de Manuel Valls : confiance renouvelée mais majorité fragilisée ?

En savoir plus

DÉBAT

Immigration clandestine : l'Europe impuissante ?

En savoir plus

FOCUS

Immigration en Méditerranée : prêts à risquer leur vie pour rejoindre l’Europe

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Margaret Atwood, la reine du roman d’anticipation est de retour !

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Vote de confiance : Manuel Valls sera-t-il soutenu par sa majorité ?

En savoir plus

TECH 24

Apple, IFA, cours de code : c'est la rentrée high-tech !

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Coalition contre l'EI : "L'Iran doit participer"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

  • Barack Obama appelle le monde à "agir vite" face à Ebola

    En savoir plus

  • Valls obtient la confiance des députés malgré l'abstention des "frondeurs"

    En savoir plus

  • Ligue des champions : Monaco s'impose, le Real cartonne

    En savoir plus

  • EI, EIIL, Daech, comment appeler les jihadistes en Irak et en Syrie ?

    En savoir plus

  • Au moins 67 Sud-Africains tués dans l'effondrement d'un immeuble à Lagos

    En savoir plus

  • Un obus tiré de Gaza vers Israël, le premier depuis la trêve

    En savoir plus

  • Les étrangers désormais interdits de travail au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Didier Guillaume : "Le Medef se comporte très mal"

    En savoir plus

  • L’inavouable alliance des États-Unis et de l’Iran contre l’EI

    En savoir plus

  • Exposition : Niki de Saint Phalle, une sacrée nana, au Grand Palais

    En savoir plus

  • Air France : la grève se durcit, les négociations "bloquées"

    En savoir plus

  • Yannick Agnel, la fin du rêve américain

    En savoir plus

  • Deux branches d’Al-Qaïda appellent les jihadistes à s’unir contre la coalition anti-EI

    En savoir plus

  • Nouvel appel des musulmans de France contre l’EI

    En savoir plus

Amériques

Discours crucial pour Obama sur la réforme du système de santé

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/09/2009

Le président américain doit prononcer un discours décisif, ce mercredi, devant le Congrès, pour engager la réforme du système américain de santé, objet d'une intense bataille politique. Il tentera de préciser les contours de son dispositif.

Barack Obama joue gros, ce mercredi. Le président américain doit prononcer un discours devant le Congrès, dans lequel il devra convaincre les élus du bien fondé de sa réforme du système américain de santé.

 

 

 Dans une interview accordée à la chaîne américaine ABC, celui-ci a déclaré que cette intervention "servira à convaincre démocrates et républicains que je suis ouvert à de nouvelles idées, que nous ne sommes ni rigides ni idéologiques à ce propos, mais que nous souhaitons obtenir un résultat avant la fin de l’année".

  

Contrairement à la crise économique et à l'engagement militaire américain en Afghanistan et en Irak, la réforme du système de santé des États-Unis n’est pas un héritage de son prédécesseur. Pour le président démocrate, ce discours sera donc un véritable test... en même temps qu'une occasion unique de reprendre la main.

  

Le président Obama, à qui ses adversaires - et parfois même ses alliés - reprochent de n'avoir qu’effleuré le sujet, a effectivement perdu l’initiative des débats au détriment de ses adversaires républicains dans ce dossier.

  

Dernière épisode en date : la virulente réplique de Sarah Palin, candidate républicaine à la vice-présidence lors de la dernière présidentielle, à des propos tenus par Barack Obama en avril dernier. "Quand on écoute ses propos, il ne faut pas s’étonner qu’une grande partie des personnes âgées et des gens victimes de maladies chroniques craignent que les propositions démocrates débouchent, en définitive, sur un rationnement des médicaments par des ‘tribunaux de la mort’", a-t-elle écrit dans le quotidien New York Times.

 

Au printemps, Barack Obama avait repris l’idée - lancée 17 ans plus tôt par Bill Clinton - que des experts de la santé puissent se pencher sur les coûts élevés que représente la prise en charge de patients âgés ou atteints de maladies chroniques.

 

Ce qu’on attend de Barack Obama

  

Jusqu’ici, le président américain n’a pas dessiné les contours de sa réforme. L’extension de la couverture médicale à tous ceux qui ne bénéficient pas d’une assurance de leur employeur ou d'une prise en charge par certains programmes publics était pourtant l'un des thèmes phare de sa campagne de 2008. Barack Obama devra donc convaincre, et surtout dire clairement quelle est sa vision d'un nouveau système de santé, en clarifiant notamment ses positions sur la création d’une assurance publique au pays du libéralisme - un point qui provoque l’ire des républicains.

 

"Appelez ça l’option gouvernementale, coopération ou banane, le fait est que cela reste une intervention du gouvernement sur un marché libre", a déclaré le sénateur républicain John McCain.

  

Obama devra également s’assurer du soutien de la Chambre des représentants, qui reste divisée sur le sujet jusque dans les rangs du Parti démocrate. Si la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, a insisté sur l’importance de la création d’un programme de santé gouvernemental, Mike Ross, qui dirige un groupe de démocrates conservateurs, s’est dit, lui, opposé au projet de loi, après avoir eu un retour défavorable de ce qu'en pensent ses électeurs.

  

La réforme, qui coûterait quelque 900 milliards de dollars sur dix ans, a pour objectif de modifier trois aspects du système actuellement en vigueur. Il s'agit d'abord d'étendre à tous la couverture médicale, alors qu'aujourd’hui, près d’un Américain sur cinq ne bénéficie d'aucune assurance santé. Il s’agit ensuite de réduire les coûts du dispositif - qui représente un marché de 2 500 milliards de dollars, ce qui en fait l'un des plus chers du monde - et donc d'encadrer les compagnies d’assurance privées. Enfin, le nouveau texte vise à lutter contre la discrimination envers les patients à risque (personnes âgées, enfants, malades chroniques, etc.), moins rentables.

 

Depuis plusieurs semaines, une commission sénatoriale bipartisane, emmenée par le démocrate Max Baucus, travaille laborieusement sur le texte.

  

Si le président ne parvient pas à convaincre, le risque, pour lui, est de voir la nouvelle loi rejetée par le Congrès pourtant composé d'une majorité de démocrates, comme ce fut le cas pour Bill Clinton en 1994.

   

Première publication : 09/09/2009

COMMENTAIRE(S)