Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Irak : offensive irakienne et frappes américaines contre l'État islamique à Amerli

    En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • UE : Le Polonais Tusk président du Conseil, l'Italienne Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Golan : sauvetage d’une partie des casques bleus philippins

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

Amériques

Discours crucial pour Obama sur la réforme du système de santé

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 13/09/2009

Le président américain doit prononcer un discours décisif, ce mercredi, devant le Congrès, pour engager la réforme du système américain de santé, objet d'une intense bataille politique. Il tentera de préciser les contours de son dispositif.

Barack Obama joue gros, ce mercredi. Le président américain doit prononcer un discours devant le Congrès, dans lequel il devra convaincre les élus du bien fondé de sa réforme du système américain de santé.

 

 

 Dans une interview accordée à la chaîne américaine ABC, celui-ci a déclaré que cette intervention "servira à convaincre démocrates et républicains que je suis ouvert à de nouvelles idées, que nous ne sommes ni rigides ni idéologiques à ce propos, mais que nous souhaitons obtenir un résultat avant la fin de l’année".

  

Contrairement à la crise économique et à l'engagement militaire américain en Afghanistan et en Irak, la réforme du système de santé des États-Unis n’est pas un héritage de son prédécesseur. Pour le président démocrate, ce discours sera donc un véritable test... en même temps qu'une occasion unique de reprendre la main.

  

Le président Obama, à qui ses adversaires - et parfois même ses alliés - reprochent de n'avoir qu’effleuré le sujet, a effectivement perdu l’initiative des débats au détriment de ses adversaires républicains dans ce dossier.

  

Dernière épisode en date : la virulente réplique de Sarah Palin, candidate républicaine à la vice-présidence lors de la dernière présidentielle, à des propos tenus par Barack Obama en avril dernier. "Quand on écoute ses propos, il ne faut pas s’étonner qu’une grande partie des personnes âgées et des gens victimes de maladies chroniques craignent que les propositions démocrates débouchent, en définitive, sur un rationnement des médicaments par des ‘tribunaux de la mort’", a-t-elle écrit dans le quotidien New York Times.

 

Au printemps, Barack Obama avait repris l’idée - lancée 17 ans plus tôt par Bill Clinton - que des experts de la santé puissent se pencher sur les coûts élevés que représente la prise en charge de patients âgés ou atteints de maladies chroniques.

 

Ce qu’on attend de Barack Obama

  

Jusqu’ici, le président américain n’a pas dessiné les contours de sa réforme. L’extension de la couverture médicale à tous ceux qui ne bénéficient pas d’une assurance de leur employeur ou d'une prise en charge par certains programmes publics était pourtant l'un des thèmes phare de sa campagne de 2008. Barack Obama devra donc convaincre, et surtout dire clairement quelle est sa vision d'un nouveau système de santé, en clarifiant notamment ses positions sur la création d’une assurance publique au pays du libéralisme - un point qui provoque l’ire des républicains.

 

"Appelez ça l’option gouvernementale, coopération ou banane, le fait est que cela reste une intervention du gouvernement sur un marché libre", a déclaré le sénateur républicain John McCain.

  

Obama devra également s’assurer du soutien de la Chambre des représentants, qui reste divisée sur le sujet jusque dans les rangs du Parti démocrate. Si la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, a insisté sur l’importance de la création d’un programme de santé gouvernemental, Mike Ross, qui dirige un groupe de démocrates conservateurs, s’est dit, lui, opposé au projet de loi, après avoir eu un retour défavorable de ce qu'en pensent ses électeurs.

  

La réforme, qui coûterait quelque 900 milliards de dollars sur dix ans, a pour objectif de modifier trois aspects du système actuellement en vigueur. Il s'agit d'abord d'étendre à tous la couverture médicale, alors qu'aujourd’hui, près d’un Américain sur cinq ne bénéficie d'aucune assurance santé. Il s’agit ensuite de réduire les coûts du dispositif - qui représente un marché de 2 500 milliards de dollars, ce qui en fait l'un des plus chers du monde - et donc d'encadrer les compagnies d’assurance privées. Enfin, le nouveau texte vise à lutter contre la discrimination envers les patients à risque (personnes âgées, enfants, malades chroniques, etc.), moins rentables.

 

Depuis plusieurs semaines, une commission sénatoriale bipartisane, emmenée par le démocrate Max Baucus, travaille laborieusement sur le texte.

  

Si le président ne parvient pas à convaincre, le risque, pour lui, est de voir la nouvelle loi rejetée par le Congrès pourtant composé d'une majorité de démocrates, comme ce fut le cas pour Bill Clinton en 1994.

   

Première publication : 09/09/2009

COMMENTAIRE(S)