Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Kamel Daoud : "«Je suis Charlie» est en train de devenir une sorte d’inquisition"

En savoir plus

FOCUS

Royaume-Uni : le système de santé, enjeu central des législatives

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Hafsia Herzi de retour dans une comédie "certifiée Hallal"!

En savoir plus

FACE À FACE

Le Front national dans la tourmente

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Arabie saoudite : le temps du changement

En savoir plus

DÉBAT

Loi sur le renseignement : sécurité ou liberté ?

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle au Burundi : le risque de déstabilisation

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Renseignement : une loi qui inquiète

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Budget britannique : to cut or not to cut?

En savoir plus

Moyen-Orient

Attentat contre un village kurde dans le nord du pays, au moins 17 morts

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/09/2009

Un camion piégé a explosé à Wardak, un village kurde proche de Mossoul, dans le nord du pays, dans la nuit de mercredi à jeudi. L'attaque a fait 17 morts au moins, et 25 blessés. Il s'agirait d'un attentat-suicide, selon la police.

AFP - Au moins 17 personnes ont été tuées et 25 blessées dans l'explosion d'un camion piégé dans la nuit de mercredi à jeudi dans un village kurde au sud-est de Mossoul (nord), a indiqué un responsable de police.

Le camion a explosé dans le village de Wardak, au sud-est de Mossoul (350 km au nord de Bagdad) peu après minuit (21H00 GMT), a affirmé à l'AFP le capitaine Mohammed Jalal, officier de police dans le district Namroud.

Il s'agirait d'un attentat suicide, selon le capitaine de police.

Il a précisé qu'un second camion piégé, lui aussi suicide, n'a pas explosé, son chauffeur ayant été tué avant de déclencher sa charge par un membre des forces de sécurité irakiennes.

La plupart des victimes ont été évacuées dans un hôpital de la ville de Hamdia.

L'armée et la police irakiennes ainsi que les Peshmergas, les forces de sécurité kurdes, ont bouclé la zone, a ajouté le policier.

La région de Mossoul reste l'une des plus violentes en Irak, qui connaît depuis plusieurs semaines une forte recrudescence de la violence. Les attentats et les assassinats sont quasi-quotidiens dans cette zone, marquée également par de fortes tensions entre les communautés arabes et kurdes.

Mardi quatre soldats américains et dix policiers irakiens avaient ont été tués dans le nord du pays dans la vague de violences la plus meurtrière pour l'armée américaine depuis cinq mois.

Il s'agissait de la journée la plus meurtrière pour les forces américaines depuis le 10 avril, lorsque cinq soldats avaient été tués à Mossoul dans un attaque suicide. Lundi, 22 personnes ont été tuées dans des attaques dans le pays.

Les soldats américains se sont retirés des villes le 30 juin et ont transféré leur sécurité aux mains des forces de sécurité irakiennes, ce qui a réduit le nombre de leur perte.

L'armée américaine n'effectue désormais plus que des patrouilles en dehors des centres urbains et ne peut y entrer qu'avec l'accord des autorités irakiennes.

Le mois d'août a été le plus sanglant en Irak depuis plus d'un an, marquant une nette dégradation de la sécurité et un défi pour le Premier ministre Nouri al-Maliki qui aimait à se présenter comme le champion d'un retour au calme.

Au cours du mois, 393 civils, 48 policiers et 15 soldats ont été tués, selon des chiffres fournis par les ministères de la Défense, de l'Intérieur et de la Santé.

Le 19 août, deux kamikazes à bord de camions de plus de deux tonnes bourrés d'explosifs avaient réussi à atteindre le coeur de Bagdad pour s'y faire exploser malgré l'interdiction faite aux véhicules de cette catégorie de circuler dans la capitale irakienne.

Ces attentats ont fait 95 morts et plus de 600 blessés et provoqué une crise diplomatique entre l'Irak et la Syrie, accusé par Bagdad d'abriter des membres du parti Baas interdit de l'ancien président Saddam Hussein et d'Al-Qaïda qui mènent des attaques sur le sol irakien.
 

Première publication : 10/09/2009

COMMENTAIRE(S)