Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • L'Allemagne est championne du monde pour la 4e fois de son histoire

    En savoir plus

  • Les civils fuient leurs habitations dans le nord de la bande de Gaza

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Décès du célèbre chef d’orchestre américain Lorin Maazel

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

Asie - pacifique

Deux employés sri-lankais de l'ONU torturés par les autorités

©

Vidéo par Philippe BOLOPION

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 10/09/2009

Deux employés sri-lankais de l'ONU sont détenus par les autorités, en dépit de leur immunité diplomatique. Accusés d'avoir des liens avec les Tigres tamouls, ils ont été torturés pendant 10 jours. L'ONU reste étrangement silencieuse...

Selon Philippe Bolopion, notre correspondant aux Nations unies, deux employés sri-lankais de l’ONU croupissent depuis le mois de juin dans un commissariat de Colombo, sans que l’organisation internationale ne semble se préoccuper plus que ça de leur sort. Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon, n’a jamais publiquement exigé leur libération. Le gouvernement sri-lankais, lui, accuse les deux hommes d’avoir des liens avec la rébellion des Tigres tamouls, mais sans engager de poursuites ni fournir de preuve à leur encontre.

"Ce qui est intéressant, c’est que le gouvernement n’a jamais présenté de dossier devant la justice contre ces hommes. Ils n’ont été inculpés d’absolument rien. Ils devraient normalement bénéficier d’une immunité diplomatique, parce qu’ils travaillent pour l’ONU au Sri Lanka. Le régime sri-lankais montre le dédain le plus absolu pour les règles élémentaires du droit international", commente Philippe Bolopion.

L’affaire commence le 11 juin. Charles Raveendran Navaratam, un employé tamoul de l’agence de l’ONU pour les réfugiés (HCR) à Vavunya, au nord du pays, est kidnappé devant son domicile. Menacé de mort, il est roué de coups et emmené au camp de Menik Farm où sont détenus près de 30 000 refugiés tamouls. Ses kidnappeurs, qui visiblement connaissent tous les soldats et policiers du camp, lui demandent d’identifier des membres des Tigres tamouls, le mouvement séparatiste défait quelques mois plut tôt.

Torturés pendant 10 jours

Le lendemain, un nouveau prisonnier rejoint Charles Raveendran Navaratam dans son calvaire. Kanthasamy Sountharajan, un chauffeur de l’Unops, une agence technique de l’ONU, est amené au camp dans une jeep appartenant à l’armée.

Les deux hommes sont transférés au commissariat Borella de Colombo. Le 23 juin, ils ont enfin le droit de recevoir des visites. Ecchymoses, plaies ouvertes… Les deux employés de l’ONU sont dans un sale état. "Pendant 10 jours, ils ont été passés à tabac sans merci. Frappés avec des bâtons, des barres en fer, sur le visage, sur les jambes. Ils ont cru un moment qu’ils allaient être exécutés. Quand des employés de l’ONU et des responsables du CICR ont pu leur rendre visite, ils ont découvert deux hommes diminués, complètement traumatisés, avec des blessures visibles sur tout le corps, le visage, les mains, les poignets, les jambes", explique Philippe Bolopion.

L’ONU, semble-t-il, a décidé de jouer profil bas. L’organisation paie les frais d’avocats de ses employés mais n’ébruite pas les allégations de torture. "Il y a beaucoup de personnels locaux au Sri Lanka qui sont extrêmement amers vis-à-vis de la façon dont l’ONU a traité ce dossier. Ils pensent que si ces deux hommes avaient été Occidentaux, et non locaux, l’ONU aurait réagi de manière beaucoup plus vigoureuse et beaucoup plus rapide", analyse Philippe Bolopion.
 

Première publication : 10/09/2009

Comments

COMMENTAIRE(S)