Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Cambodge : les travailleurs exigent une hausse des salaires

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Dites 33 !

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Effrayer, semer la zizanie, recruter"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort de trois Israéliens

    En savoir plus

  • Le président chinois, principal absent du sommet sur le climat

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "L'EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

Economie

La vente de 36 Rafale n'est pas finalisée, selon le ministre de la Défense

Vidéo par Pierre Ludovic VIOLLAT

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/09/2009

La France est-elle allée un peu vite en besogne ? Alors que, pour Paris, la vente de 36 Rafale à Brasilia est acquise, le ministre brésilien de la Défense sème le doute en affirmant que le processus de sélection n'est pas achevé.

REUTERS - Le processus de sélection entre les offres de trois constructeurs aéronautiques pour fournir des avions de combat au Brésil n'est pas encore terminé, selon le ministre brésilien de la Défense, Nelson Jobim.


Les présidents français et brésilien, Nicolas Sarkozy et Luiz Inacio Lula da Silva, ont annoncé lundi que les deux pays étaient entrés en négociation pour l'acquisition de 36 avions Rafale de Dassault Aviation.


Mais Nelson Jobim souligne que "le processus de sélection du projet FX-2 mené par le commandement de l'Armée de l'Air, n'est pas encore terminé" et que les négociations se poursuivent avec les trois compétiteurs.


"Des négociations, au cours desquelles seront approfondies, et éventuellement redéfinies, les propositions présentées, se poursuivront avec les trois participants", explique-t-il dans un communiqué.


Outre le Rafale de Dassault, le Brésil s'intéresse au F-18 américain de Boeing  et au Gripen du suédois Saab.


Selon le quotidien O Estado de Sao Paulo, le communiqué du ministre de la Défense aurait été dicté par un souci de précaution pour éviter toute réclamation des constructeurs américain et suédois concernant les règles de concurrence.


L'annonce de l'entrée en négociation pour le Rafale est intervenue à l'occasion d'une visite de Nicolas Sarkozy à Brasilia, la France ayant concédé pour tenter de battre ses rivaux des transferts de technologies "sans précédent".


Le choix du Rafale permettrait à Dassault Aviation de connaître son premier succès à l'exportation.


Dans Le Monde daté du 10 décembre, Charles Edelstenne, P-DG de Dassault Aviation, laisse entendre que l'implication du président français a permis d'écarter les deux avions concurrents du Rafale.


"C'est Sarkozy qui a vendu le Rafale, ce n'est pas nous. Le succès lui revient grâce aux décisions politiques qu'il a prises et aux relations de proximité et de confiance qu'il a su nouer avec son homologue brésilien", explique-t-il.


Selon Charles Edelstenne, le revirement est intervenu dans la nuit de dimanche à lundi, à la sortie du dîner entre les deux chefs d'Etat.

Première publication : 10/09/2009

COMMENTAIRE(S)