Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

La mode de 2014 marquée par une douce révolution et une prise de conscience des créateurs.

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : calme précaire dans la capitale, violences en province

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Au Cameroun, la population se mobilise pour l'éducation

En savoir plus

#ActuElles

Canada : les mystérieuses disparitions des femmes autochtones

En savoir plus

REPORTERS

Le meilleur des grands reportages de France 24 en 2014

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Retour sur les temps forts de l’année 2014

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Un troisième Bush à la Maison Blanche ?"

En savoir plus

DÉBAT

CAN-2015 : un défi pour le continent africain

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

SCIENCES

Le mauvais temps empêche Discovery d'atterrir

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/09/2009

En raison d'intempéries, la Nasa a été forcée de repousser par deux fois l'atterrissage de sa navette Discovery en Floride. L'agence spatiale pourrait opter pour un atterrissage de ses sept astronautes en Californie.

AFP - Des orages et des vents violents ont contraint la Nasa à renoncer à deux reprises jeudi à faire atterrir la navette Discovery avec son équipage de sept astronautes, et une nouvelle tentative est prévue vendredi, a annoncé l'agence spatiale américaine.
  
"Nous savons que tout le monde a fait tout son possible et nous essaierons de nouveau vendredi", a déclaré le commandant de bord Rick Sturckow après avoir été informé de la décision du centre de contrôle de la mission situé à Houston (Texas, sud).
  
"Le temps était tout simplement trop instable, très imprévisible", a dit Rob Navias, le commentateur officiel de la télévision de la Nasa.
  
Le centre de contrôle a décidé d'envisager également la possibilité d'un atterrissage sur la piste de la base aérienne d'Edwards en Californie (ouest) où les prévisions météo pour vendredi semblaient jeudi parfaites.
  
Pour vendredi, la Nasa aura de ce fait quatre possibilités d'atterrissage, deux en Floride à 17H48 locales (21H48 GMT) et à 19H23 (23H23 GMT) et deux en Californie à 17H53 locales (00H53 GMT, samedi) et 19H28 locales (02H28 GMT).
  
Si le temps continue à empêcher un atterrissage de la navette en Floride vendredi, la Nasa pourrait alors décider de faire poser Discovery en Californie (ouest) le même jour si les prévisions météo pour le Centre Kennedy (Floride) restent défavorables pour les jours suivants.
  
La Nasa préfère éviter de faire atterrir la navette en Californie ou sur la base de White Sands au Nouveau-Mexique (sud-ouest) car il faut ensuite la ramener en Floride sur le dos d'un Boeing 747 pour un coût de près de deux millions de dollars.
  
Discovery dispose de suffisamment de vivres et d'électricité dans ses piles à combustible pour rester sur orbite jusqu'à dimanche. Mais la Nasa préfère ne pas attendre le dernier jour.
  
L'équipage de Discovery a aussi effectué jeudi avec succès une manoeuvre pour éviter un risque de collision avec un débris orbital.
  
L'objet mesure de sept à dix centimètres de long, selon les photos prises par les astronautes. Sa trajectoire l'aurait mené à proximité de la navette pendant onze orbites terrestres consécutives, a précisé la Nasa.
  
L'objet non-identifié pourrait avoir été perdu au cours de la troisième et dernière sortie orbitale de deux astronautes samedi mais ne provient pas de la protection thermique de la navette, a estimé l'agence.
  
Les responsables de la mission avaient fini mercredi d'évaluer l'état du bouclier thermique de Discovery en analysant les images prises par l'équipage pendant la dernière inspection sur orbite.
  
Ils ont conclu que la fragile protection était apte à résister au retour dans l'atmosphère où le frottement de l'air à très grande vitesse fait monter la température sur le ventre de la navette jusqu'à 1.500 degrés Celsius par endroits.
  
Un retour vendredi de la navette marquerait la fin d'une mission orbitale de quatorze jours dont un peu plus de huit amarrée à la Station spatiale internationale (ISS).
  
Discovery ramène sur Terre l'astronaute américain Tim Kopra qui a effectué un séjour de 57 jours comme ingénieur de vol dans l'ISS, où il a été remplacé par Nicole Stott, arrivée à bord de cette même navette. Elle sera l'un des six membres permanents de l'équipage de la Station, jusqu'en novembre.
  
L'orbiteur rapporte aussi 2,3 tonnes d'expériences scientifiques, de vieux équipements et de déchets.
  
Après ce vol, il en restera six avant la mise hors service des trois navettes américaines fin 2010 ou mi-2011 au plus tard.

Première publication : 11/09/2009

COMMENTAIRE(S)