Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

FRANCE

Sarkozy a rendu hommage à Vannes aux 2 soldats français tués

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/09/2009

La cérémonie d'hommage au caporal-chef Johan Naguin et au sergent Thomas Rousselle, les soldats du 3e Rima tués en Afghanistan, a lieu jeudi à Vannes, en présence de Nicolas Sarkozy. La France a perdu 31 hommes en Afghanistan.

AFP - Le président Nicolas Sarkozy a affirmé vendredi à Vannes, en rendant hommage aux deux soldats français tués début septembre en Afghanistan, que "la France restera le temps nécessaire" dans ce pays.
  
La France "n'a pas la vocation à rester indéfiniment en Afghanistan" mais "restera le temps nécessaire à l'avènement d'un Etat afghan souverain et librement choisi  par les Afghans", a déclaré le président devant les deux cercueils recouverts du drapeau tricolore, sur la place d'armes du 3ème régiment d'infanterie de marine.
  
Le sergent Thomas Rousselle, 30 ans, et le caporal-chef Johan Naguin, 24 ans, ont été tués dans l'est de l'Afghanistan, dans une attaque à l'explosif contre leur convoi blindé. Huit autres soldats ont été blessés lors de l'attaque.
  
"Leur sacrifice, comme celui des 29 soldats français qui les ont précédés n'aurait aucun sens si nous laissions le terrorisme et les factions moyenâgeuses et barbares triompher, si nous abandonnions le peuple afghan à ses bourreaux", a ajouté le chef de l'Etat.
  
Le président de la République a remis la légion d'honneur à titre posthume aux deux soldats.

Première publication : 11/09/2009

COMMENTAIRE(S)