Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Donald Trump : il y a des bonnes personnes des deux côtés"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Contrats de travail : vers plus de flexibilité ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Violences gynécologiques, la lutte prend corps"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tweets, retweets et détweets

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : un deuil national de trois jours et de nombreuses questions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le combat des esclaves sexuelles sud-coréennes continue"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

États-Unis : vers une guerre commerciale avec la Chine ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"L'Inde, 70 ans et toujours jeune"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : au moins 18 morts dans l’attentat de Ouagadougou

En savoir plus

FRANCE

Sarkozy a rendu hommage à Vannes aux 2 soldats français tués

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/09/2009

La cérémonie d'hommage au caporal-chef Johan Naguin et au sergent Thomas Rousselle, les soldats du 3e Rima tués en Afghanistan, a lieu jeudi à Vannes, en présence de Nicolas Sarkozy. La France a perdu 31 hommes en Afghanistan.

AFP - Le président Nicolas Sarkozy a affirmé vendredi à Vannes, en rendant hommage aux deux soldats français tués début septembre en Afghanistan, que "la France restera le temps nécessaire" dans ce pays.
  
La France "n'a pas la vocation à rester indéfiniment en Afghanistan" mais "restera le temps nécessaire à l'avènement d'un Etat afghan souverain et librement choisi  par les Afghans", a déclaré le président devant les deux cercueils recouverts du drapeau tricolore, sur la place d'armes du 3ème régiment d'infanterie de marine.
  
Le sergent Thomas Rousselle, 30 ans, et le caporal-chef Johan Naguin, 24 ans, ont été tués dans l'est de l'Afghanistan, dans une attaque à l'explosif contre leur convoi blindé. Huit autres soldats ont été blessés lors de l'attaque.
  
"Leur sacrifice, comme celui des 29 soldats français qui les ont précédés n'aurait aucun sens si nous laissions le terrorisme et les factions moyenâgeuses et barbares triompher, si nous abandonnions le peuple afghan à ses bourreaux", a ajouté le chef de l'Etat.
  
Le président de la République a remis la légion d'honneur à titre posthume aux deux soldats.

Première publication : 11/09/2009

COMMENTAIRE(S)