Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Alpha Condé s'exprime sur le retour avorté de Dadis Camara a Conakry

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise des migrants, l'Europe peine à trouver des solutions viables

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat déjoué du Thalys, la sécurité dans les transports au coeur du débat

En savoir plus

TECH 24

Eau High-tech

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

L'Assemblée Nationale, cœur de la démocratie française

En savoir plus

#ActuElles

L'organisation de l'État islamique et sa "théologie du viol"

En savoir plus

FOCUS

Nouvelle-Orléans : dix ans après le cyclone Katrina, le traumatisme demeure

En savoir plus

REPORTERS

Avec les soldats de l'opération Barkhane, au cœur de la lutte anti-terroriste au Sahel

En savoir plus

BILLET RETOUR

Proche-Orient : Jénine, la renaissance fragile

En savoir plus

FRANCE

Sarkozy a rendu hommage à Vannes aux 2 soldats français tués

Texte par Dépêche

Dernière modification : 11/09/2009

La cérémonie d'hommage au caporal-chef Johan Naguin et au sergent Thomas Rousselle, les soldats du 3e Rima tués en Afghanistan, a lieu jeudi à Vannes, en présence de Nicolas Sarkozy. La France a perdu 31 hommes en Afghanistan.

AFP - Le président Nicolas Sarkozy a affirmé vendredi à Vannes, en rendant hommage aux deux soldats français tués début septembre en Afghanistan, que "la France restera le temps nécessaire" dans ce pays.
  
La France "n'a pas la vocation à rester indéfiniment en Afghanistan" mais "restera le temps nécessaire à l'avènement d'un Etat afghan souverain et librement choisi  par les Afghans", a déclaré le président devant les deux cercueils recouverts du drapeau tricolore, sur la place d'armes du 3ème régiment d'infanterie de marine.
  
Le sergent Thomas Rousselle, 30 ans, et le caporal-chef Johan Naguin, 24 ans, ont été tués dans l'est de l'Afghanistan, dans une attaque à l'explosif contre leur convoi blindé. Huit autres soldats ont été blessés lors de l'attaque.
  
"Leur sacrifice, comme celui des 29 soldats français qui les ont précédés n'aurait aucun sens si nous laissions le terrorisme et les factions moyenâgeuses et barbares triompher, si nous abandonnions le peuple afghan à ses bourreaux", a ajouté le chef de l'Etat.
  
Le président de la République a remis la légion d'honneur à titre posthume aux deux soldats.

Première publication : 11/09/2009

COMMENTAIRE(S)