Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Emmanuel Macron met en scène la signature des ordonnances sur le code du travail

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ile Maurice : le pays dépassé par le trafic de drogue

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

La Catalogne en instance de divorce avec l'Espagne ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Législatives en Allemagne : indétrônable Merkel ?

En savoir plus

TECH 24

Ava, l'application qui donne de la voix aux sourds et malentendants

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Paris - Berlin : vers une vision commune de l'Europe ?

En savoir plus

#ActuElles

"Ellas Hoy" : bienvenue à "ActuElles" en espagnol

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

L'Allemagne, un modèle économique à suivre ?

En savoir plus

FOCUS

Allemagne : génération Merkel

En savoir plus

Asie - pacifique

Les États-Unis prêts à négocier directement avec Pyongyang

Vidéo par Meriem Amellal

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/09/2009

Le département d'État américain a affirmé être prêt à engager une "discussion bilatérale" avec la Corée du Nord. Objectif : convaincre Pyongyang de revenir au processus de négociations à six sur le désarmement nucléaire.

AFP - Les Etats-Unis ont dit vendredi être prêts à dialoguer directement avec la Corée du Nord, dans le but de ramener Pyongyang à la table des négociations à six sur le désarmement nucléaire.

"Nous sommes prêts à entamer une discussion bilatérale avec la Corée du nord, mais il est important de la définir convenablement", a déclaré le porte-parole du département d'Etat Philip Crowley lors de son point de presse quotidien.

"C'est une discussion bilatérale qui est, nous l'espérons, (...) dans le contexte des discussions à six, et elle a pour but de convaincre la Corée du nord de retourner au processus de négociations à six et de prendre des mesures déterminées vers la dénucléarisation", a expliqué M. Crowley.

 



Les Etats-Unis avaient encore déclaré dimanche 6 septembre que la dénucléarisation de la Corée du Nord nécessitait une solution multilatérale et avaient rejeté l'idée, avancée par Pyongyang, de discussions bilatérales américano-coréennes remplaçant les pourparlers à six pays (Corée du Nord, Corée du Sud, Japon, Chine, Etats-Unis, Russie).

La Corée du Nord tente d'obtenir des discussions bilatérales avec Washington depuis qu'elle s'est retirée des pourparlers à six en avril dernier.

Selon M. Crowley, cette évolution n'est pas un changement de politique. Il a suggéré un changement tactique, décrivant une mesure "de court terme" pour ramener le régime de Pyongyang aux négociations.

Il a indiqué qu'il était trop tôt pour déterminer quand Stephen Bosworth, l'envoyé spécial américain pour la Corée du Nord, et son adjoint Sung kim pourraient rencontrer leurs interlocuteurs nord-coréens.

"Etant données les consultations en cours, nous prendrons des décisions dans les deux semaines qui viennent", a-t-il indiqué.

M. Crowley faisait référence à des consultations de M. Bosworth et ses interlocuteurs chinois, sud-coréens et japonais lors d'une tournée en Aise la semaine dernière.

Les Etats-Unis et l'Union européenne avaient à nouveau pressé la Corée du Nord de reprendre les négociations sur le désarmement avec le groupe de contact et d'autoriser à nouveau les inspections de l'ONU, au cours d'une réunion du conseil des gouverneurs de l'Agence internationale pour l'énergie atomique mardi.

L'ambassadeur américain auprès de l'AIEA, Glyn Davies, avait annoncé que les Etats-Unis appelaient "la Corée du Nord à retourner sans conditions aux pourparlers à six et à honorer son engagement de dénucléariser la péninsule coréenne".

Le régime nord-coréen avait quitté la table des négociations en avril pour protester contre les sanctions prises par l'ONU après un tir d'essai de missile. L'Etat communiste avait procédé en mai à un second essai nucléaire.

La semaine dernière, la Corée du Nord a affirmé être en passe de pouvoir enrichir de l'uranium et de fabriquer d'autres armes nucléaires. Les Etats-Unis s'étaient dits "très inquiets".

Première publication : 12/09/2009

COMMENTAIRE(S)