Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Patricia Essong, la nouvelle sensation soul

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : une ONG chrétienne ramène des réfugiés syriens en Italie

En savoir plus

LE DÉBAT

Présidentielle en Autriche : quelle leçon pour l’Europe ? (partie 1)

En savoir plus

LE DÉBAT

Présidentielle en Autriche : quelle leçon pour l’Europe ? (partie 2)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Dette grecque : le bras de fer entre le FMI et l'Allemagne

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Revers pour le "Trump autrichien""

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Macron sans tabou"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Autriche: dernier avertissement pour l'Europe

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

En Tunisie, Ennahda tourne le dos à l'islam politique, jugé dépassé

En savoir plus

Culture

Le film israélien "Lebanon" remporte le Lion d'or à Venise

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/09/2009

Le film israélien "Lebanon" réalisé par Samuel Maoz, qui montre l'enfer de la guerre depuis l'intérieur d'un char, a remporté le Lion d'or de la 66e Mostra de Venise. Le prix du meilleur réalisateur est allé à l'Iranienne Shirin Neshat.

AFP - L'Israélien Samuel Maoz a triomphé à la 66e Mostra de Venise avec "Lebanon", un premier film autobiographique "écrit avec ses tripes", qui montre les horreurs de la guerre à travers le viseur d'un tank, lors de la cérémonie de clôture du festival samedi soir.

"Merci pour ce bonheur", s'est exclamé le cinéaste en recevant son prix des mains du président du jury, l'Américano-taïwanais Ang Lee.

"Je dédie ce prix aux milliers de personnes à travers le monde qui comme moi sont retournées de la guerre saines et sauves. Apparemment, elles vont bien, elles sont mariées, elles ont des enfants, mais à l'intérieur elles ont dû apprendre à vivre avec leur douleur", a-t-il déclaré.

Nourri des douloureux souvenirs de son réalisateur, Samuel Maoz, 47 ans, "Lebanon" fait vivre intensément le début de la première guerre du Liban en 1982, à travers la meurtrière avancée d'un tank israélien.

Traumatisé par des combats où, jeune soldat de vingt ans, ce natif de Tel Aviv fut tireur dans un blindé, Maoz a mis 25 ans à en tirer ce film puissant, à rebours de tout héroïsme, qui montre la guerre avec une radicale nouveauté.

De son côté, le Britannique Colin Firth ("Mamma mia!", "Le journal de Bridget Jones"), a remporté à 49 ans la Coupe Volpi du meilleur acteur pour son interprétation dans "A single man", la première réalisation du couturier américain Tom Ford.

Il bouleverse dans ce rôle de professeur d'université homosexuel qui perd le goût de vivre après la disparition tragique de son compagnon, dans les années 60, un scénario adapté d'un roman de Christopher Isherwood.

"C'est le plus grand honneur de ma vie", a déclaré l'acteur, qui s'est exprimé en italien, en recevant son prix des mains de l'actrice française Sandrine Bonnaire. Il a rendu hommage à Tom Ford: "Tu es un des meilleurs réalisateurs avec qui j'ai travaillé, un véritable artiste avec une vision".

Côté actrices, c'est la Russe Kseniya Rappoport, 35 ans, qui a été sacrée meilleure interprète pour "La doppia ora", un polar de Giuseppe Capotondi où elle joue une émigrée employée dans un hôtel, mêlée à une sombre histoire de cambriolage.

"C'est comme si j'étais un paratonnerre qui vient de recevoir la foudre", a déclaré l'actrice, très émue, qui s'est aussi exprimée en italien.

Puis elle s'est adressée au réalisateur Giuseppe Capotondi: "J'espère que je serai là quand tu recevras le Lion d'argent de la mise en scène pour un de tes films et surtout que tu m'y réserveras un petit rôle", a-t-elle plaisanté.
 

Première publication : 12/09/2009

COMMENTAIRE(S)