Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Attentat déjoué en Algérie : Constantine, la 3ème ville du pays menacée ?

En savoir plus

LE DÉBAT

Présidentielle française : la justice, invitée inattendue de la campagne (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

Présidentielle française : la justice, invitée inattendue de la campagne

En savoir plus

FOCUS

Quelle stratégie pour les États-Unis sur le continent asiatique ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Oscars: "et le gagnant est...""

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La République des juges ?"

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

89ème cérémonie des Oscars : le gotha du cinéma mondial à l'honneur

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

États-Unis - Donald Trump : premier discours devant le Congrès

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Emmanuel Macron utilise un vocabulaire émotionnel"

En savoir plus

FRANCE

Le fonds d'investissement HIG lorgne l'usine Molex

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/09/2009

Le fonds d'investissement HIG s'est porté candidat à la reprise partielle de l'usine du sous-traitant automobile Molex de Villemur-sur-Tarn (Haute-Garonne) vouée à la fermeture par son actionnaire américain.

AFP - Le fonds d'investissement HIG est candidat à la reprise partielle de l'usine Molex de Villemur-sur-Tarn (Haute-Garonne) vouée à la fermeture par son actionnaire américain, a annoncé lundi Christian Estrosi après une rencontre avec des salariés et le repreneur potentiel.
   
La signature devrait intervenir "d'ici quelques heures" entre ce candidat et la direction de Molex pour la reprise partielle de l'usine de connectique automobile, a précisé le ministre de l'Industrie.
   
La direction de Molex, qui ne participait pas à la rencontre, a accepté plusieurs fois de rencontrer des "sociétés susceptibles de réindustrialiser le site" qui emploie 283 salariés, après son départ, prévu d'ici la fin septembre.
   
Mais à deux reprises, le 4 août et le 2 septembre, Molex a fait savoir qu'il rompait les discussions avec un interlocuteur présenté par le gouvernement.
   
La société a en effet toujours récusé le terme de "repreneur" car le groupe américain veut poursuivre son activité de connectique aux Etats-Unis et en Chine en gardant ses produits et ses clients français (PSA et Renault).

Première publication : 14/09/2009

COMMENTAIRE(S)