Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Un plébiscite en Vénétie pour l'autonomie"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après la jungle de Calais, un nouvel espoir"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Andrej Plenkovic : "Je ne pense pas qu’il y ait une menace d’éclatement des États au sein de l’UE"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Glyphosate : l’herbicide de la discorde

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Kenya : Kenyatta et Odinga appellent au calme à six jours de la présidentielle

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

"Où est Santiago Maldonado ?"

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Chine : Xi Jinping, un nouveau Mao ?

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Harcèlement sexuel : la parole se libère sur la toile

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Bafel Talabani : le référendum au Kurdistan était une "erreur colossale"

En savoir plus

FRANCE

Le fonds d'investissement HIG lorgne l'usine Molex

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/09/2009

Le fonds d'investissement HIG s'est porté candidat à la reprise partielle de l'usine du sous-traitant automobile Molex de Villemur-sur-Tarn (Haute-Garonne) vouée à la fermeture par son actionnaire américain.

AFP - Le fonds d'investissement HIG est candidat à la reprise partielle de l'usine Molex de Villemur-sur-Tarn (Haute-Garonne) vouée à la fermeture par son actionnaire américain, a annoncé lundi Christian Estrosi après une rencontre avec des salariés et le repreneur potentiel.
   
La signature devrait intervenir "d'ici quelques heures" entre ce candidat et la direction de Molex pour la reprise partielle de l'usine de connectique automobile, a précisé le ministre de l'Industrie.
   
La direction de Molex, qui ne participait pas à la rencontre, a accepté plusieurs fois de rencontrer des "sociétés susceptibles de réindustrialiser le site" qui emploie 283 salariés, après son départ, prévu d'ici la fin septembre.
   
Mais à deux reprises, le 4 août et le 2 septembre, Molex a fait savoir qu'il rompait les discussions avec un interlocuteur présenté par le gouvernement.
   
La société a en effet toujours récusé le terme de "repreneur" car le groupe américain veut poursuivre son activité de connectique aux Etats-Unis et en Chine en gardant ses produits et ses clients français (PSA et Renault).

Première publication : 14/09/2009

COMMENTAIRE(S)