Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Niger : une cinquantaine de soldats tués dans une attaque de Boko Haram

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Cannabis : un marché florissant

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Musique : Julie Zenatti de retour avec "Blanc"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Naufrages en Méditerranée : l'UE réagit au drame des migrants

En savoir plus

FOCUS

Hacking et cybersécurité : la France face au terrorisme connecté

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Louis Michel : "Certains pays européens refusent de prendre leur part de réfugiés"

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Naufrages en Méditerranée : la politique migratoire à 28 attendra

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Prime d'activité : le plan de François Hollande pour la jeunesse

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Séisme : "Le Népal dévasté"

En savoir plus

FRANCE

Le fonds d'investissement HIG lorgne l'usine Molex

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/09/2009

Le fonds d'investissement HIG s'est porté candidat à la reprise partielle de l'usine du sous-traitant automobile Molex de Villemur-sur-Tarn (Haute-Garonne) vouée à la fermeture par son actionnaire américain.

AFP - Le fonds d'investissement HIG est candidat à la reprise partielle de l'usine Molex de Villemur-sur-Tarn (Haute-Garonne) vouée à la fermeture par son actionnaire américain, a annoncé lundi Christian Estrosi après une rencontre avec des salariés et le repreneur potentiel.
   
La signature devrait intervenir "d'ici quelques heures" entre ce candidat et la direction de Molex pour la reprise partielle de l'usine de connectique automobile, a précisé le ministre de l'Industrie.
   
La direction de Molex, qui ne participait pas à la rencontre, a accepté plusieurs fois de rencontrer des "sociétés susceptibles de réindustrialiser le site" qui emploie 283 salariés, après son départ, prévu d'ici la fin septembre.
   
Mais à deux reprises, le 4 août et le 2 septembre, Molex a fait savoir qu'il rompait les discussions avec un interlocuteur présenté par le gouvernement.
   
La société a en effet toujours récusé le terme de "repreneur" car le groupe américain veut poursuivre son activité de connectique aux Etats-Unis et en Chine en gardant ses produits et ses clients français (PSA et Renault).

Première publication : 14/09/2009

COMMENTAIRE(S)