Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Société militaire privée : le business de la guerre

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Evasion fiscale : Juncker est-il crédible en "Monsieur propre" ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Dacian Ciolos, commissaire européen à l'Agriculture et au Développement rural

En savoir plus

FOCUS

Tunisie : l’emploi, un défi pour le futur président

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Harlem Désir, Secrétaire d'État aux Affaires européennes

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Beyonce fait le buzz avec son clip "fait-maison"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

"Laisser aux Arabes le temps de découvrir ce que c’est que la démocratie"

En savoir plus

SUR LE NET

Un livre sur la poupée Barbie indigne la Toile américaine

En savoir plus

TECH 24

Neutralité : il faut sauver le soldat Internet

En savoir plus

FRANCE

Le fonds d'investissement HIG lorgne l'usine Molex

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/09/2009

Le fonds d'investissement HIG s'est porté candidat à la reprise partielle de l'usine du sous-traitant automobile Molex de Villemur-sur-Tarn (Haute-Garonne) vouée à la fermeture par son actionnaire américain.

AFP - Le fonds d'investissement HIG est candidat à la reprise partielle de l'usine Molex de Villemur-sur-Tarn (Haute-Garonne) vouée à la fermeture par son actionnaire américain, a annoncé lundi Christian Estrosi après une rencontre avec des salariés et le repreneur potentiel.
   
La signature devrait intervenir "d'ici quelques heures" entre ce candidat et la direction de Molex pour la reprise partielle de l'usine de connectique automobile, a précisé le ministre de l'Industrie.
   
La direction de Molex, qui ne participait pas à la rencontre, a accepté plusieurs fois de rencontrer des "sociétés susceptibles de réindustrialiser le site" qui emploie 283 salariés, après son départ, prévu d'ici la fin septembre.
   
Mais à deux reprises, le 4 août et le 2 septembre, Molex a fait savoir qu'il rompait les discussions avec un interlocuteur présenté par le gouvernement.
   
La société a en effet toujours récusé le terme de "repreneur" car le groupe américain veut poursuivre son activité de connectique aux Etats-Unis et en Chine en gardant ses produits et ses clients français (PSA et Renault).

Première publication : 14/09/2009

COMMENTAIRE(S)