Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

EUROPE

L'ancienne porte-parole du procureur du TPIY écope d'une amende

Vidéo par Louise DUPONT

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 14/09/2009

Accusée d'avoir divulgué des informations confidentielles dans son livre "Paix et châtiment", l'ancienne porte-parole du procureur du TPI pour l'ex-Yougoslavie, Florence Hartmann, a été condamnée, ce lundi à La Haye, à 7 000 euros d'amende.

Le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) a condamné Florence Hartmann à verser une amende de 7 000 euros pour outrage à la cour. Porte-parole de l’ancienne procureure du TPIY Carla Del Ponte (2000-2006), elle était accusée d’avoir divulgué des informations confidentielles.

 

Ex-journaliste au quotidien "Le Monde", Florence Hartmann avait rendu publiques deux décisions confidentielles du Tribunal, tout d’abord dans son livre "Paix et châtiment", paru en 2007, puis dans un article datant de 2008. Ces documents auraient permis, selon l’accusée, de prouver l'implication de la Serbie dans le génocide de Srebrenica (est de la Bosnie) qui a coûté la vie à près de 8 000 musulmans en 1995. De son côté, le juge Bakone Moloto a estimé qu’il fallait "dissuader l’accusée ou toute autre personne de divulguer à l’avenir des informations confidentielles".

 

La défense a déjà fait part de son intention de faire appel. Elle avait plaidé la relaxe, arguant notamment du fait que les chefs d’accusation n'étaient pas assez graves pour justifier des poursuites. "C'est une question de principe, pas une question d'argent", a déclaré à l'AFP l'avocat de Florence Hartmann, Me Guénaël Mettraux.

 

"Les faits et le droit étaient entièrement de notre côté, a-t-il assuré. C'est une mauvaise journée pour Mme Hartmann, mais aussi pour les journalistes, les historiens qui enquêtent sur ces faits, et les victimes." Nombreux sont ceux en effet qui, au nom de la liberté d’expression, s’indignent des poursuites et de la condamnation à l’encontre de Florence Hartmann.

 

Nerma Jeliacic, porte-parole du TPIY, rappelle pourtant que ce genre d’affaire n’est pas inédit. "Les médias s’intéressent beaucoup à cette affaire aujourd’hui, mais il y a eu des précédents, d’autres journalistes et même des avocats ont été incarcérés pour les mêmes faits par le passé", explique-t-elle à FRANCE 24.

Première publication : 14/09/2009

COMMENTAIRE(S)