Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Total, premier groupe pétrolier en Afrique, a perdu son PDG Christophe de Margerie

En savoir plus

FACE À FACE

Martine Aubry, la gauche et ses frondeurs

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic on the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Ces étrangers qui partent combattre avec les Kurdes en Irak et en Syrie

En savoir plus

DÉBAT

La sentence de Pistorius est-elle "satisfaisante" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Prisonnier Pistorius"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Mort d'un patron baroque"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Quel(s) patron(s) pour Total ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Christophe de Margerie, entre hommages et polémiques

En savoir plus

Sports

L'Argentine invitée à rejoindre le Tri-Nations en 2012

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/09/2009

L'Argentine est officiellement invitée à prendre part au Tri-Nations à partir de 2012. L'information, qui avait filtré au printemps dernier, a été confirmée par l'organisateur de ce tournoi majeur de l'hémisphère Sud.

AFP - L'Argentine est invitée "sous condition" à intégrer le Tri-Nations à partir de 2012 pour créer "un vrai championnat de l'hémisphère Sud", a annoncé lundi la Sanzar, qui regroupe les trois grandes nations participantes (Australie, Nouvelle-Zélande et Afrique du Sud).

"Que les Pumas, troisièmes du Mondial-2007 et actuellement classés 6e nation mondiale, rejoignent les trois premières nations du rugby mondial, sera très exaltant pour les fans, les joueurs, les sponsors et les diffuseurs dans nos quatre pays et au delà", a déclaré Andy Marinos, directeur général de la Sanzar, dans un communiqué.

"(Les Argentins) pratiquent un jeu différent de celui des All Blacks, des Wallabies et des Springboks et leur intégration va faire du Tri-Nations un véritable Championnat de l'Hémisphère Sud", a poursuivi M. Marinos.

La Sanzar a cependant posé deux conditions pour l'intégration de l'Argentine. Celle-ci devra d'abord "assurer la participation de ses meilleurs joueurs à ce (Tournoi des) Quatre Nations."

Dans cette optique, les Fédérations d'Australie, de Nouvelle-Zélande et d'Afrique du Sud se disent prêtes à travailler activement avec l'Argentine pour "placer" les joueurs argentins dans les franchises engagées en Super 14, a-t-on précisé de même source.

Nouvelle formule

L'Argentine ne possède pas de championnat professionnel. La majorité des internationaux argentins évoluent en Europe, notamment en France et en Angleterre.

Par ailleurs, les conditions financières de l'intégration de l'Argentine devront recevoir l'aval de la Sanzar. Cette dernière a également indiqué qu'elle allait soumettre son plan d'extension de la compétition aux diffuseurs de l'épreuve, avec qui elle est entrée en négociations pour le renouvellement de ses contrats.

Dans la nouvelle formule, les quatre équipes disputeront chacune six rencontres en formule aller-retour, soit douze matches au total. Le "Quatre-Nations" débutera à la mi-août et s'étendra sur une période de huit ou neuf semaines, jusqu'à la mi-octobre. En année de Coupe du monde, la compétition sera disputée sous un "format réduit" aux mois de juillet et août.

Le président de la Fédération argentine (UAR), Porfirio Carreras, a salué un "moment très important" pour le rugby argentin.

"C'est un moment très important pour le rugby en Argentine et je voudrais remercier ma fédération et tous ceux qui nous ont soutenus pour atteindre ce stade, a déclaré M. Carreras, cité par le communiqué de la Sanzar. Nous sommes très déterminés à travailler avec nos partenaires en Australie, en Nouvelle-Zélande et en Afrique du Sud pour assurer notre présence dans la meilleure compétition du rugby mondial en 2012."

Les Pumas ont créé la sensation lors du Mondial-2007 en se classant troisièmes de l'épreuve. Leur intégration aux Tri-Nations fut évoquée en novembre 2007 lors de la réunion de Woking (Angleterre) rassemblant les décideurs du rugby mondial.

Première publication : 14/09/2009

COMMENTAIRE(S)