Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Colombie : la paix avec les Farc en danger ?

En savoir plus

L'INFO ÉCO

Budget de la zone euro : Paris espère un accord "substantiel" à Berlin

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Thaïlande, le crime de lèse-canidé"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

Donald Trump: "C'est la faute d'Angela Merkel"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : le PDCI, allié de Ouattara, rejette un "parti unifié"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Immigration : de l'Espagne aux Etats-Unis en passant par l'Allemagne, les voix s'élèvent

En savoir plus

FOCUS

Arménie : les ravages de la corruption sur l'environnement

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Anjan Sundaram : "Au Rwanda, l'État s’impose sur la réalité"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Humberto de la Calle : "Changer l'accord de paix avec les Farc serait une erreur historique monumentale"

En savoir plus

Asie - pacifique

Les résultats provisoires confortent la victoire d'Hamid Karzaï

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 17/09/2009

La Commission électorale afghane a dévoilé les résultats, encore provisoires, de la présidentielle du 20 août. Hamid Karzaï obtient 54,6 % des voix. Il ne peut être proclamé président tant que les enquêtes pour fraudes n'ont pas abouti.

La Commission électorale afghane (IEC) a publié des résultats provisoires de la présidentielle du 20 août, créditant Hamid Karzaï de 54,6 % des voix, contre 27,8 % à son adversaire, Abdullah Abdullah. La participation a été faible, de 38,7 %, a précisé l'IEC.

 

Les résultats proclamés par l’IEC ne seront toutefois pas définitifs tant que les enquêtes pour fraudes qui ont été déclenchées n’auront pas abouti.

 

 

Dès le lendemain du scrutin, l’opposition, conduite par l'ancien ministre des Affaires étrangères Abdullah Abdullah, avait en effet accusé le camp du président sortant de "fraudes massives". Une thèse confortée près d’un mois plus tard par les observateurs de l'Union européenne (UE), qui ont estimé, ce mercredi, à 1,5 million le nombre de bulletins susceptibles d’être entachés d’irrégularités, soit un quart des voix exprimées.

 

"Sur ces suffrages suspects, 1,1 million ont profité à M. Karzaï, a déclaré Dimitra Ioannou, chef adjoint de la mission d'observation électorale de l'UE, et quelque 300 000 à son principal rival, l'ancien ministre des Affaires étrangères Abdullah Abdullah."

 

Ce dernier s’est exprimé mercredi soir sur FRANCE 24 sur le rapport des observateurs européens : "Si c'était moi qui tenait ces propos, on dirait : 'c'est l'outsider, le perdant qui dit ça, pour défendre sa cause'. Mais, désormais, ce sont les observateurs internationaux eux-mêmes qui en sont arrivés à cette conclusion." L’équipe de campagne de Hamid Karzaï s’est, en revanche, opposée au rapport européen, le qualifiant de "partial et [d’]irresponsable".

 

La commission afghane des plaintes électorales (ECC), en partie nommée par les Nations unies, a déjà ordonné de recompter les bulletins dans plus de 10 % des bureaux de vote. Selon les conclusions de cette enquête, qui devraient être remises au plus tôt dans deux semaines, Hamid Karzaï pourrait être contraint à un second tour.

Première publication : 16/09/2009