Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

EUROPE

Barroso en passe d'être reconduit pour un mandat de cinq ans

Texte par Dépêche

Dernière modification : 16/09/2009

Le président actuel de la Commission européenne, José Manuel Barroso, qui brigue un deuxième mandat à la tête de la Commission européenne en tant que candidat unique, s'apprête à être reconduit facilement pour cinq ans.

AFP - Le président de la Commission européenne José Manuel Barroso s'apprête à être reconduit facilement pour cinq ans mercredi avec, une possible cerise sur le gâteau, une majorité absolue susceptible de clouer le bec à ses détracteurs.

L'ancien Premier ministre portugais a achevé mardi une campagne électorale fastidieuse pour obtenir son second mandat, après des semaines d'incertitudes et de joutes politiques.

Dans un ultime plaidoyer devant 736 députés du Parlement européen, réunis en session plénière à Strasbourg, il a notamment promis de "combattre le dumping social", dans l'espoir de rallier des voix à gauche.

Quelque 400 élus sembleraient en passe de soutenir ce candidat unique, ce qui assurerait sa réélection avec un appui dépassant une majorité absolue de 369 voix.

Mais tout vote à bulletins secrets reste hasardeux et le bilan du Portugais reste controversé. Ce polyglotte de 53 ans, seul candidat en lice, a dû endurer des mois durant des attaques virulentes de tous bords et sa reconduction se fera sans enthousiasme au Parlement.

Les eurodéputés avaient refusé de l'investir dès leur session inaugurale en juillet, exigeant de lui un programme complet.

M. Barroso a obtempéré, dévoilant une cinquantaine de pages d'orientations générales, flattant toutes les sensibilités. En vieux routier de la politique, il a aussi réservé ses cartes maîtresses pour un marathon personnalisé devant presque chacune des sept familles politiques du Parlement.

Pour plaire aux libéraux, il a confirmé mardi qu'il créerait un poste de commissaire chargé de la Justice, des droits fondamentaux et des libertés civiles.

Le chef des libéraux, le Belge Guy Verhofstadt, lui a donc donné son "soutien conditionnel".

A l'intention des socialistes, le Portugais a promis un règlement pour mieux encadrer un texte décrié portant sur le détachement à l'étranger des travailleurs, qui a conduit à du "dumping social" selon les syndicats.

"Nous avons besoin d'une loi sur les services publiques, on ne peut pas privatiser jusqu'au dernier cimetière en Europe", lui a toutefois rétorqué le critique chef de file des socialistes Martin Schulz.

Si la famille conservatrice de M. Barroso est de loin la première formation du nouveau Parlement (265 élus), elle a besoin d'aide.

Les libéraux (84 députés) ont adouci leur discours belliqueux de juillet et le soutiendront à l'exception sans doute de 24 élus.

Quant aux socialistes (184 élus), ils voteront majoritairement contre ou s'abstiendront. Ils se montrent néanmoins divisés depuis que sept gouvernements européens, à gauche de l'échiquier, ont donné leur blanc seing à M. Barroso. Les 28 socialistes portugais et espagnols soutiendront le candidat ibérique.

M. Barroso peut compter parmi ses alliés le groupe des 54 eurosceptiques britanniques (tous des Tories), tchèques et polonais, des dissidents de centre-droit. Un soutien gênant, de l'avis des socialistes.

Les 32 membres d'un groupe de partis europhobes voteront contre Barroso. "Si le peuple irlandais dit non pour la deuxième fois (lors du référendum sur le traité de Lisbonne le 2 octobre), nous devrons le respecter et vous devrez alors partir", lui a assené mardi le Britannique Nigel Farage.

Le Portugais sera en outre recalé par les Verts (55 élus) et la gauche radicale (35 élus).

Si le "oui" arrive en tête parmi les élus présents mercredi dans l'hémicyle, M. Barroso sera réélu. Ce scénario ne fait plus aucun doute.

Mais si le traité de Lisbonne entre en vigueur, les règles deviendraient plus exigeantes: M. Barroso aurait besoin d'une majorité absolue. Idéalement, il doit donc recueillir d'emblée cet aval de plus de la moitié des députés.

Première publication : 16/09/2009

COMMENTAIRE(S)