Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Carlos Tavares, PDG de PSA Peugeot Citroën

En savoir plus

POLITIQUE

Jean-François Bensahel et Tarek Oubrou

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : fin des audiences de la CDVR

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les temps forts de la Fashion Week à Paris

En savoir plus

FOCUS

Italie : le phénomène Renzi

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Hubert Reeves, président de "Humanité et biodiversité"

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

France - budget 2015 : le gouvernement serre la ceinture (Partie 1)

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Narendra Modi à la conquête des États-Unis

En savoir plus

  • Assassinat d'Hervé Gourdel : quinze personnes visées par des poursuites judiciaires

    En savoir plus

  • Le Dalaï-lama privé de visa : le sommet des Nobel de la paix du Cap annulé

    En savoir plus

  • Google rattrapé par le scandale des photos volées de stars nues

    En savoir plus

  • Les députés turcs se prononcent sur une intervention contre l'EI

    En savoir plus

  • Bourse de Tokyo : un trader fait une bourde à 617 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Mondial-2015 : des footballeuses partent en guerre contre la Fifa

    En savoir plus

  • Equipe de France : Gignac et Payet retrouvent les Bleus

    En savoir plus

  • Quand les touristes chinois découvrent la fronde à Hong Kong

    En savoir plus

  • Le chef de Boko Haram revient à la vie... pour la quatrième fois

    En savoir plus

  • Décès du père d'un journaliste harcelé par un hacker israélien

    En savoir plus

  • Arrestation d’"El H", le baron de la drogue qui valait 5 millions de dollars

    En savoir plus

  • Ebola, EI, coronavirus : la Mecque sous haute surveillance pour le Hadj

    En savoir plus

  • En images : les ratés du Secret Service de la Maison Blanche

    En savoir plus

  • Juppé contre Sarkozy : Chirac choisit son ancien Premier ministre

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy propose un contrat de cinq ans pour les fonctionnaires

    En savoir plus

Economie

François Fillon revoit ses prévisions de croissance à la hausse

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/09/2009

Le Premier ministre français table désormais sur une croissance de -2,25 % en 2009, contre -3 % auparavant, et de +0,75 % en 2010, contre +0,5 %. Selon lui, la hausse du chômage ne devrait pas, en revanche, être endiguée à court terme.

REUTERS - Confirmant la perspective d'une reprise en pointillés, le gouvernement français a revu à la hausse ses prévisions de croissance pour 2009 et 2010, à respectivement -2,25% et +0,75%.
 
Le Premier ministre, François Fillon, en a fait l'annonce jeudi en expliquant se fonder sur l'ébauche d'un redémarrage économique "fragile" et sur le rebond inattendu d'activité de0,3% enregistré au deuxième trimestre.
 
On souligne toutefois dans son entourage que la hausse du chômage ne sera pas endiguée à court terme. "On peut raisonnablement penser qu'on va faire plus que 0,5% en 2010, mais ce n'est pas encore une croissance créatrice d'emplois", reconnaît-on.
 
La France estime désormais à -2,25% le recul d'activité en 2009 - au lieu d'une prévision initiale de 3% - et à +0,75% la prévision de croissance pour 2010 après avoir tablé sur +0,5%.
 
"La crise n'est pas finie - je considère que la crise ne sera terminée que le jour où le chômage recommencera à baisser -, mais nous avons un paysage qui évolue positivement, une reprise qui se dessine, elle est fragile, mais je crois qu'elle est en germe", a dit François Fillon à l'occasion de la remise du Prix de l'audace créatrice, qui récompense chaque année une entreprise "performante"

Le chef du gouvernement a souhaité que les PME, particulièrement frappées par la crise, soient les fers de lance de la reprise et a insisté sur le renforcement des moyens à leur disposition pour "passer à l'offensive".

Il a notamment mis l'accent sur l'accès au crédit en rappelant de nouveau à l'ordre les banques.

"La tendance à la diminution des crédits de trésorerie doit être inversée (...). Il ne faut pas que les banques, après avoir péché par excès d'optimisme, pèchent maintenant par excès de prudence", a-t-il dit.
  
Rassurer sur la taxe professionnelle
 
Il a demandé à la ministre de l'Economie, Christine Lagarde, "d'être particulièrement vigilante sur une répercussion pleine et rapide pour les entreprises de la baisse des taux de la BCE". Le principal taux directeur de la Banque centrale européenne se situe à 1% depuis mai.
 
Pour conforter la trésorerie des entreprises, François Fillon a confirmé la prolongation sur 2010 des produits d'Oséo - dispositif de soutien aux PME - créés par le plan de relance, ainsi que la garantie des crédits bancaires de court terme.
 
Le Premier ministre a exhorté en outre les assureurs à "investir de nouveaux flux en capital risque" dans les PME.
 
Il a souhaité que le Fonds stratégique d'investissement (FSI) puisse intervenir au capital des PME, quelle que soit leur taille, avec le renfort de dotations supplémentaires.
 
Quant à la réforme de la taxe professionnelle, prévue en 2010, François Fillon a de nouveau assuré qu'elle serait assortie de "mécanismes d'écrêtement" sur cinq ans et d'abattement pour faire en sorte "qu'il n'y ait pas de contre-effets" et qu'aucune PME ne soit perdante.
 
Pour garanties, le chef du gouvernement a précisé que l'abaissement de 3,5% à 3% du plafonnement de l'impôt local en fonction de la valeur ajoutée prémunirait les PME contre "toute hausse excessive des charges fiscales".
 
Cette mesure sera complétée d'un second plafonnement qui tient compte de la part de la valeur ajoutée dans le chiffre d'affaires. Une disposition bénéficiant aux entreprises de main d'oeuvre comme l'intérim ou le conseil et aux PME très capitalistiques.
 
La présidente du Medef, Laurence Parisot, s'est félicitée de ces engagements tout en laissant percer son scepticisme sur lesnouvelles prévisions de croissance du gouvernement.
 
"Nous avons encore beaucoup de travail pour éviter des catastrophes en chaîne sur les PME comme je le crains d'ici à la fin de l'année", a-t-elle dit à des journalistes. "Nous sommes toujours dans une économie négative".

"Il faut qu'il y ait zéro perdant dans la réforme de la TP", a-t-elle souligné.

Première publication : 17/09/2009

COMMENTAIRE(S)