Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

La Caravane, l'autre Tour de France

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Tidjane Thiam, PDG de Prudential

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : accord signé pour la fin des hostilités

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Bartabas, le seigneur des chevaux

En savoir plus

FOCUS

Crimée : un été pas comme les autres

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Gwendal Rouillard, Secrétaire de la commission de la Défense et des forces armées

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Bolivie : au travail dès l'âge de 10 ans

En savoir plus

DÉBAT

Manifestation en soutien à Gaza : un rassemblement test pour le gouvernement

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Andy Serkis : l'homme à l'origine du singe

En savoir plus

  • Crash du vol AH5017 : "Il est exclu de retrouver des survivants"

    En savoir plus

  • Cisjordanie : un Palestinien tué par l'armée israélienne

    En savoir plus

  • BNP Paribas écope de 60 millions d'euros d'amende aux États-Unis

    En savoir plus

  • Vol AH5017 : l'hypothèse d'un tir de missile sol-air "quasiment impossible"

    En savoir plus

  • Ce que l'on sait sur la disparition du vol AH5017 d’Air Algérie

    En savoir plus

  • Gaza : 15 Palestiniens tués dans une école de l'ONU

    En savoir plus

  • Washington accable la Russie, l’UE renforce ses sanctions contre Moscou

    En savoir plus

  • Tour de France : le Chinois Cheng Ji, lanterne rouge et fier de l'être

    En savoir plus

  • Vol AH5017 d'Air Algérie : Paris n'exclut "aucune hypothèse"

    En savoir plus

  • Gaza : Israël et le Hamas loin d’être prêts à un cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Le Kurde Fouad Massoum élu président de l'Irak

    En savoir plus

  • En images : à Alep, les cratères d'obus deviennent des piscines pour enfants

    En savoir plus

  • La Soudanaise condamnée à mort pour apostasie est arrivée en Italie

    En savoir plus

  • France : UBS mise en examen pour blanchiment de fraude fiscale

    En savoir plus

  • Un match entre Lille et le Maccabi Haifa interrompu par des pro-palestiniens

    En savoir plus

  • Arizona : condamné à mort, il agonise deux heures sur la table d'exécution

    En savoir plus

  • Levée de la suspension des vols américains et européenns vers Tel-Aviv

    En savoir plus

  • Tour de France : ces forçats qui ont forgé la réputation du Tourmalet

    En savoir plus

Reportages

La "jungle" de Calais promise au démantèlement

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 22/09/2009

Le ministre de l'Immigration, Éric Besson, a annoncé, mercredi, son intention de démanteler la "jungle" de Calais, où des candidats à l'immigration vers la Grande-Bretagne ont trouvé refuge. Reportage auprès des migrants.

Faire évacuer le campement de sans-papiers au nord-est de Calais, surnommé la "jungle" par les migrants, "avant la fin de la semaine prochaine" : l’annonce du ministre français de l’Immigration, Eric Besson, mercredi soir, a suscité nombre de débats dans le monde associatif de l’Hexagone. L’objectif du gouvernement est de "casser le principal outil de travail des filières clandestines dans la région", selon les mots du ministre. Cette annonce "signifie simplement tenter de rendre invisible un problème qui perdurera, se renouvellera et se déplacera", réplique le collectif Coordination française pour le droit d’asile (CFDA) dans un communiqué publié jeudi soir.

 

Depuis la fermeture du hangar de Sangatte, en 2002, par le ministre de l’Intérieur de l’époque, Nicolas Sarkozy, des centaines de migrants ont établi un campement de fortune dans cet espace sablonneux situé aux abords de la zone industrielle de Calais.

 

La décision gouvernementale se justifie, explique la maire UMP de Calais, Natacha Bouchart, par la multiplication, ces dernières semaines, d’"agressions graves". "Ce que je souhaite c'est qu'à travers ce plan, les passeurs et les migrants soient bien informés que Calais n'est plus une zone de non-droit et qu'ils ne peuvent plus faire ce qu'ils veulent comme ils le veulent", a déclaré l’édile à l’AFP.

 

"Ces migrants ne sont pas des délinquants"

 

"Bien sûr, les migrants sont victimes de violences, parfois entre eux, parfois de la part de passeurs, parfois de la police. Mais ils n’exercent pas de violences vis-à-vis de la population de Calais. Ce n’est pas notre observation", réplique sur FRANCE 24 Patrick Delouvin, responsable de la section France d’Amnesty International et membre de la CFDA. "On marche sur la tête", renchérit Philippe Lioret, réalisateur du film "Welcome" qui met en scène un jeune Kurde cherchant à traverser la Manche à la nage depuis Calais. "Ces migrants ne sont pas des délinquants."

 

Le ministère de l’Immigration met en avant la diminution du nombre de migrants présents dans la "jungle", de 800, il y a quelque mois, à environ 300 aujourd'hui, pour justifier son geste. Des chiffres que contestent plusieurs observateurs sur le terrain. "Ils étaient entre 500 et 700 à Calais en 2002, ils sont entre 500 et 700 aujourd’hui", indique Philippe Lioret. Au total, près 2000 personnes, ressortissants de dizaines de pays - Afghanistan, Erythrée, Somalie, Soudan, Iran, Nigéria ou Irak - sont recensées dans l’ensemble de la région de Calais.

 

L’annonce d’Eric Besson a en revanche reçu un écho favorable au Royaume-Uni. "Le ministère britannique de l’Intérieur se félicite de la décision des autorités françaises", rapporte Bénédicte Paviot, correspondante de FRANCE 24 à Londres. "Les autorités britanniques pensent qu’il est important de mettre fin au trafic illégal d’êtres humains, de ne pas laisser penser qu’ils peuvent avoir une vie meilleure en Grande-Bretagne."
 

Première publication : 17/09/2009

COMMENTAIRE(S)