Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Les incertitudes économiques d'une Écosse indépendante

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée-Bissau : le président Vaz limoge le chef de l'armée

En savoir plus

REPORTERS

L’Écosse va-t-elle filer à l'anglaise ?

En savoir plus

SUR LE NET

Iran : les jeunes internautes contournent la censure

En savoir plus

DÉBAT

Lutte contre les jihadistes : faut-il s'allier avec l'Iran ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"DDay"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Kilt ou double"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le référendum écossais, sujet sensible pour les médias britanniques

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : la force de l'ONU prend le relais de la force africaine

En savoir plus

  • Ebola : la Française contaminée bientôt rapatriée à Paris

    En savoir plus

  • L'Australie déjoue des meurtres projetés par l'État islamique

    En savoir plus

  • Peu importe l’issue du référendum, "l’Écosse ne sera plus jamais la même"

    En savoir plus

  • Air France : les pilotes maintiennent la pression au 4e jour de grève

    En savoir plus

  • Ajax - PSG : Lucas reconnaît avoir fait "une erreur"

    En savoir plus

  • Ukraine - Russie : Vladimir Poutine a-t-il remporté son bras de fer ?

    En savoir plus

  • Jack Ma et son Alibaba superstars de Wall Street

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : la presse britannique veut sauver l'Union

    En savoir plus

  • Élections en Tunisie : et revoilà les "amis" de Ben Ali

    En savoir plus

  • Des jihadistes enlèvent un soldat libanais près de la frontière syrienne

    En savoir plus

  • Nigeria : au moins dix morts dans une attaque contre une université

    En savoir plus

  • Un rapport dissèque les sommes records mises de côté par les entreprises

    En savoir plus

  • Vidéo : l'épidémie d'Ebola menace la Centrafrique

    En savoir plus

  • Filière jihadiste : six personnes interpellées près de Lyon, des armes saisies

    En savoir plus

  • Loi anti-jihad : l’interdiction de sortie du territoire adoptée

    En savoir plus

Asie - pacifique

Karzaï nie l'existence de fraudes massives mais demande une enquête

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/09/2009

Alors que des soupçons de fraudes pèsent sur le vote, le président sortant Hamid Karzaï déclare "croire fermement à l'intégrité de l'élection" présidentielle du 20 août. Il se prononce toutefois en faveur d'une enquête impartiale.

AFP - Le chef de l'Etat sortant Hamid Karzaï, largement en tête de l'élection présidentielle du 20 août en Afghanistan, a démenti jeudi qu'il y ait eu des "fraudes massives" au cours du scrutin comme l'assurent l'opposition et les observateurs étrangers.
   
"La presse a évoqué des fraudes massives, elles n'étaient pas si nombreuses que cela, s'il y a eu des fraudes, elles sont mineures, cela arrive dans le monde entier" lors des élections, a plaidé devant les journalistes le président sortant, installé il y a huit ans par la coalition militaire internationale emmenée par les Etats-Unis qui venait de chasser les talibans du pouvoir.
   
Sa conférence de presse survenait au lendemain de l'annonce, par la Commission électorale, de résultats finaux mais "non certifiés", qui lui donnent la majorité absolue (54,6%) requise pour l'emporter au premier tour. Mais, pour être officiellement proclamé réélu, il doit attendre les résultats d'enquêtes sur des centaines de milliers de bulletins suspects.
   
Une invalidation massive pourrait le forcer à disputer un second tour contre son principal rival, Abdullah Abdullah, qui a recueilli, pour l'heure, 27,8% des suffrages.
   
La communauté internationale manifeste de plus en plus son inquiétude quant à la régularité du scrutin du 20 août.
   
Mercredi, les observateurs de l'Union européenne (UE) ont assuré avoir "calculé" qu'environ 1,5 million de bulletins étaient "suspects", soit près d'un sur quatre. Or, plus des trois quarts de ces voix se porte sur le nom de M. Karzaï, selon la mission d'observation de l'UE, qui a dit, sur un ton inhabituellement accusateur, ne pas vouloir être "complice d'une quelconque tentative de fraude massive".
   
"S'il y a eu des fraudes, elles doivent faire l'objet d'une enquête, mais il faut que ces investigations soient équitables et sans ingérence", a poursuivi M. Karzaï.
   
"J'espère que nos amis étrangers respecteront la voix du peuple afghan et laisseront la Commission électorale indépendante (IEC) et la Commission des plaintes électorales (ECC) faire leur devoir, sans préjugés", a-t-il martelé.
   
L'IEC, dont le président, un ancien conseiller de M. Karzaï, a été nommé par le chef de l'Etat, est accusée de partialité par M. Abdullah, l'opposition et des observateurs étrangers. L'ECC, parrainée par l'ONU, a ordonné le recomptage de centaines de milliers de bulletins suspects.
   
Les résultats officiels ne pourront être proclamés qu'après le recomptage de ces votes par l'IEC et l'éventuelle invalidation d'une partie d'entre eux.
   
En fonction de l'importance de ces invalidations, le score de M. Karzaï pourrait se réduire et passer sous la barre des 50%, le contraignant à disputer un second tour.
   
Les enquêtes et le recomptage pourraient prendre des semaines, selon les autorités électorales.
   
La légitimité de M. Karzaï pourrait, en cas de victoire au premier tour, souffrir de la très faible participation le 20 août, 38,7%.
   
"Cette élection s'est déroulée avec succès", a estimé M. Karzaï, qui reconnaît toutefois que les menaces des talibans ont pu influencer la participation.
   
"Nous leur avions promis la sécurité, mais nous n'avons pas réussi, le jour du scrutin (...), les gens sont toutefois allés voter", a-t-il déclaré.
   
Les talibans, qui ont considérablement intensifié leur insurrection ces derniers mois, avaient juré de perturber le scrutin, qu'il considèrent comme "une imposture orchestrée par les Américains". Si les violences avaient été relativement limitées le jour du vote, les insurgés islamistes avaient mené plusieurs attaques spectaculaires dans les jours qui avaient précédé, malgré la présence de plus de 100.000 soldats des forces internationales, dont plus des deux tiers américains.
 

 
 

 

Première publication : 17/09/2009

COMMENTAIRE(S)