Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Enlèvement en Algérie

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : à quel jeu joue la Turquie ?

En savoir plus

DÉBAT

Manuel Valls à Berlin : prendre exemple sur le modèle allemand ?

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Centrafrique : Catherine Samba Panza en quête de soutien à l'ONU

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ebola : "nous avons devant nous l’une des pires épidémies", dit Douste-Blazy

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les nouveaux road trip

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Le succès du high-tech "made in France"

En savoir plus

ÉLÉMENT TERRE

Réchauffement climatique : la planète bientôt sous l'eau?

En savoir plus

  • Qui est Hervé Gourdel, l’otage français aux mains des jihadistes algériens ?

    En savoir plus

  • Menaces contre la France : "l’EI a décidé d’exporter le conflit en Occident"

    En savoir plus

  • Présidentielle tunisienne : le point sur les candidats

    En savoir plus

  • Un million de bébés européens nés grâce à Erasmus

    En savoir plus

  • Le Mondial-2022 ne se jouera pas au Qatar, selon un membre de la Fifa

    En savoir plus

  • Apple bat des records de ventes avec ses nouveaux iPhone

    En savoir plus

  • Face aux jihadistes de l'EI, "on ne comprend pas l'attitude d'Ankara"

    En savoir plus

  • À Berlin, Manuel Valls promet des réformes à Angela Merkel

    En savoir plus

  • Mort d’Albert Ebossé : la JS Kabylie suspendue deux ans par la CAF

    En savoir plus

  • Hong Kong : les étudiants en grève pour dénoncer la mainmise de Pékin

    En savoir plus

  • Selon Bernard Cazeneuve, "la France n’a pas peur" face à la menace jihadiste

    En savoir plus

  • Ebola : sept questions sur le virus

    En savoir plus

  • Le report du projet de Transavia Europe ne suffit pas aux pilotes d'Air France

    En savoir plus

  • Préservatifs trop petits : un problème de taille pour les Ougandais

    En savoir plus

Afrique

Les Shebab posent des conditions à la libération de l'otage français

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/09/2009

Les rebelles, qui retiennent un otage français en Somalie depuis juillet, exigent notamment que Paris cesse de soutenir le gouvernement de Mogadiscio en échange de sa libération. Ils réclament aussi le retrait des soldats de l'Union africaine.

AFP - Les insurgés islamistes en Somalie, les shebab, ont rendu publiques jeudi quatre conditions pour la libération d'un militaire français qu'ils détiennent depuis la mi-juillet, selon un communiqué transmis jeudi à l'AFP à Mogadiscio.
   
"Le mouvement des jeunes moujahidines (shebab) présente au gouvernement français un nombre de revendications pour la liberation de son agent de securité", déclare ce communiqué rédigé en français, et signé du "haut commaandement" du mouvement islamiste.
   
Les shebab exigent en premier lieu du gouvernement français "la cessation immediate de tout soutien politique ou militaire au gouvernement apostat de Somalie et le retrait de tous ses conseillers en sécurité de la Somalie".
   
Ils demandent "le retrait de toutes les forces croisées de l'Amisom", la force de paix africaine en Somalie, et "en particulier celle du Burundi".
   
Les shebab posent également comme condition à la France "le retrait de toutes ses compagnies de sécurité presentes en Somalie", et enfin "le retrait de sa force navale des côtes somaliennes".
   
Deux agents des services de renseignement français avaient été enlevés le 14 juillet à Mogadiscio. L'un d'entre eux, détenu par le mouvement insurgé Hezb al-Islam, avait retrouvé la liberté fin août, officiellement après avoir pu échapper à ses ravisseurs.
   
Le second est détenu par les islamistes shebab, en lutte contre le très affaibli gouvernement somalien de transition (TFG), et qui se réclament ouvertement d'al-Qaïda et d'Oussama ben Laden.
   
En plus de ces quatre "revendications politiques", les shebab posent par ailleurs une "demande pour l'échange de prisonniers": "la libération des  moujahidines prisonniers dans les pays dont les noms seront communiqués plus tard si Allah le veut".
   
Le communiqué porte le logo du "Harakat a-shabaab al-moujahidin", ou mouvement des jeunes moujahidines, le nom officiel que se donnent les shebab. Son authenticité a été confirmée par un haut responsable du mouvement islamiste, interrogé par le correspondant de l'AFP à Mogadiscio.
   
"Par la grâce d'Allah et sa guidance, les moujahidines ont réussi dans une opération d'envergure à enlever un officier et agent de securité français", rappelle le texte.
   
Le "conseiller" qui est aujourd'hui entre les mains des shebab est venu en Somalie, selon eux, "en tant que représentant officiel de l'appareil sécuritaire français dans le but de recueillir des renseignements de sécurité pour le gouvernement français, espérant par ces informations guérir la semi-paralysie qui affecte les forces de la croisade présentes en Somalie (Amisom)".
   
L'agent français "avait aussi pour but d'aider le gouvernement apostat que préside Sharif Sheikh Ahmed, ceci en entraînant sa garde de securité rapprochée".
   
"Ces informations auraient été en outre exploitées pour lancer des opérations venant des navires de guerre des croisées postées aux larges des côtes somaliennes dans le golfe d'Aden et l'océan Indien", selon les shebab.

Première publication : 17/09/2009

COMMENTAIRE(S)