Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle : Le Gabon suspendu à la décision de la Cour Constitutionnelle

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentats aux États-Unis: la peur du terrorisme ravivée (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Mort d'un homme noir tué par la police aux États-Unis: racisme ou dérapage ? (partie 1)

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Quelle politique mener à l'égard des réfugiés en Europe ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Budget de l'État 2017 : le grand bluff ?

En savoir plus

TECH 24

La dictature des algorithmes

En savoir plus

FOCUS

Adulé ou conspué : Jeremy Corbyn, une figure qui divise le Labour au Royaume-Uni

En savoir plus

#ActuElles

Pénélope Bagieu raconte en BD l'histoire de 15 héroïnes culottées

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Djihad" ou l'art comme rempart à l'extrémisme

En savoir plus

Sports

Semenya avait subi des tests de féminité avant les Mondiaux

Texte par Dépêche

Dernière modification : 20/09/2009

Les dirigeants de l'athlétisme sud-africain ont reconnu que la championne du monde du 800 m, Caster Semenya, avait subi des tests de féminité avant les Mondiaux de Berlin dont les résultats ne sont pas encore connus actuellement.

AFP - Les dirigeants de l'athlétisme sud-africain ont admis samedi que Caster Semenya, au coeur d'une polémique sur son identité sexuelle, avait subi en août des tests avant les Championnats du monde de Berlin, dont les résultats ne sont pas encore connus.
  
"Les tests ont été effectués le 7 août sur la recommandation du médecin de la Fédération, nous ne connaissons pas encore les résultats", a dit le président de la Fédération sud-africain, Leonard Chuene, au cours d'une conférence de presse.
  
M. Chuene avait assuré dans un premier temps qu'aucun test n'avait été pratiqué sur la jeune athlète de 18 ans, qui a suscité la controverse en remportant la médaille d'or aux Championnats du monde sur 800 m.
  
Le 19 août, la Fédération internationale (IAAF) avait annoncé, juste avant la finale de la course, dominée de bout en bout par Caster Semenya, qu'elle diligentait une enquête sur l'identité sexuelle de la jeune Sud-Africaine.
  
"Si nous n'avions pas permis à cette jeune femme de courir, nous l'aurions privée d'une médaille et nous aurions suggéré qu'elle n'était pas normale", a ajouté M. Chuene.
  
Le dirigeant a précisé qu'il ne pouvait pas retirer Semenya des Championnats du monde sans aucune preuve médicale. "Personne ne connaît les résultats (de ces examens). Nous avons lu dans les médias qu'elle est un hermaphrodite", a-t-il dit, soulignant que la fédération sud-africaine avait agi au mieux dans l'intérêt de son athlète. Des journaux australiens avaient affirmé, citant une source anonyme impliquée dans des tests de l'IAAF, que Caster Semenya était "un hermaphrodite".
  
Cet article et ces fuites avaient révolté l'opinion publique sud-africaine et le gouvernement en avait appelé à l'ONU afin qu'elle enquête sur la violation des droits de l'athlète dont a, selon lui, été victime Semenya par l'IAAF.
  
L'instance prendra une décision en novembre.

Première publication : 19/09/2009

COMMENTAIRE(S)