Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

EUROPE

Dmitri Medvedev entame une visite historique de deux jours en Suisse

Texte par Dépêche

Dernière modification : 21/09/2009

Dmitri Medvedev est arrivé en Suisse pour une visite historique de deux jours. Premier chef d'État russe en visite dans la Confédération, il espère obtenir le soutien de Berne avant l'Assemblée annuel de l'ONU et le G20.

AFP - Le président russe Dmitri Medvedev est arrivé lundi en Suisse pour la première visite jamais effectuée par un chef d'Etat russe dans la Confédération, où il espère obtenir le soutien de Berne sur son projet de sécurité en Europe ou encore l'adhésion de Moscou à l'OMC.
  
M. Medvedev, pour qui la Suisse est la première étape avant un périple qui le conduira cette semaine à l'Assemblée annuelle de l'ONU à New York et au sommet du G20 à Pittsburg (Etats-Unis), doit rencontrer le président de la Confédération Hans-Rudolf Merz ainsi que les six autres ministres du gouvernement helvétique.
  
Le programme des discussions prévues dans l'après-midi dans un manoir près de la capitale s'annonce aussi chargé que varié, allant de la crise économique à "l'intensification des relations bilatérales" en passant par la réforme du G20, dont la Suisse voudrait faire partie.
  
Le chef de l'Etat russe a déjà indiqué qu'il espérait à cette occasion obtenir le soutien de Berne pour son projet de refonte de la sécurité européenne. Très irritée par l'Otan, Moscou voudrait un nouveau "pacte régional".
  
Dans un entretien accordé à plusieurs quotidiens suisses ce week-end, M. Medvedev s'est expliqué: "Nous suggérons de créer un lieu de rencontre universel où puissent se discuter et se trancher les problèmes de sécurité européens. Mais ce lieu de rencontre doit être ouvert à tous".
  
L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) qui occupe actuellement cette fonction "ne permet pas de régler toutes les questions" sécuritaires, a-t-il ajouté.
  
"Il me semble que la Suisse a de bonnes raisons de soutenir cette initiative" parce qu'elle "n'est liée par aucune discipline de bloc", a-t-il fait valoir.
  
En outre, les deux chefs d'Etat devraient évoquer le mandat de médiation de la Suisse entre la Russie et la Géorgie dont les relations sont au plus mal, Berne représentant les intérêts des deux pays dans leurs capitales respectives.
  
Enfin, ils parleront de l'adhésion de la Russie à l'Organisation mondiale du commerce (OMC), qui piétine depuis 1993 et auquel la Suisse a réaffirmé son soutien. La Russie vient de compliquer encore le processus, selon l'OMC, en réclamant une adhésion à trois, avec le Kazakhstan et le Bélarus.
  
Quant à la question des droits de l'homme, sur laquelle insistent vivement les ONG, Berne n'a "pas exclu que le sujet soit abordé".
  
La Suisse s'est en tout cas déjà félicitée de cette visite historique, elle qui s'est sentie très isolée sur la scène internationale ces derniers mois, autant par les attaques sur son secret bancaire que dans l'affaire l'opposant au dirigeant libyen Mouammar Kadhafi.
  
"Comme Etat non membre de l'Union européenne et de l'Otan, la Russie est un interlocuteur important pour notre pays", a expliqué vendredi M. Merz avouant vouloir approfondir leurs liens économiques.
  
Selon Berne, 600 entreprises disposant de capitaux suisses travaillent sur le marché russe. Par ailleurs, les importations de la Confédération en provenance de Russie se montent annuellement à environ 1 milliard de francs suisses (650 millions d'euros), tandis que ses exportations atteignent quelque 3 milliards de francs suisses (1,9 milliard d'euros).
  
Bien inspiré avant son arrivée, M. Medvedev, qui doit effectuer mardi une visite de la Suisse centrale, a trouvé un présent symbolique pour ses hôtes: il a offert deux oursons à la capitale helvétique, animal emblème à la fois de Berne, de la Russie et probablement du président dont le nom signifie ours en russe.

Première publication : 21/09/2009

COMMENTAIRE(S)